Category: Tricot

Sweet bandana

Il y a des modèles qui sont des coups de cœurs dès le premier regard et qui se transforment vite en petits caprices que je veux posséder plus que tout. Mais allez savoir pourquoi, je les traine dans ma to-do-list pendant des plombes sans jamais les tricoter! Jusqu’au mois dernier, le Diamond Kerchief Cowl était de ceux là.

stillvauriens-bandana-tricot-001

Enfin tricoté, il est beau comme dans mes rêves! Il est rapide à faire (2 petites semaines en parallèle des manches de mon dernier pull), il se tricote en aiguilles 4.5 mm et le motif en losange, qui copie le célèbre motif « argyle » des chaussettes de papis*, est super agréable à suivre.

stillvauriens-bandana-tricot-003

J’ai choisi pour le réalisé un très beau fil gris foncé légèrement bleuté de chez Sweet Georgia, déniché chez l’Arbre à laine lors de l’achat de la laine pour mon précédent pull. Je n’ai pas grand chose à en dire de plus si ce n’est que c’est un super modèle à porter lors des premières belles journées du printemps!

stillvauriens-bandana-tricot-002

Pour finir, un petit clin d’œil pour les laines teintes à la main de Sweet Georgia! Lisez ou relisez ce petit reportage sur ma visite dans leurs locaux à Vancouver en 2013:

Vancouver, à la découverte de SweetGeorgia.

* Et pour en savoir plus sur le motif « argyle » que j’affectionne particulièrement, voilà le lien vers un article très intéressant écrit à quatre mains sur le blog Tartangilr’s Wardrobe:

Petite histoire du motif argyle

 

 

 

Un pull rayé pour Avril

Il est fini! Il est tout doux et il tombe à point en ce mois d’Avril un peu frisquet!

stillvauriens-pull-tricot-raye-01

Mon nouveau pull c’est le Almost there… d’ Isabell Kraemer. J’aime beaucoup les modèles simples et graphiques de cette designer allemande. Ce pull finement rayé m’a particulièrement séduit avec sa petite frise de jacquard au niveau de la taille. Il est tricoté avec des aiguilles n°3,5 mm et avec des rayures de deux rangs je peux vous dire que c’est un travail d’endurance. Ce projet démarré fin Décembre m’a accompagné tout l’hiver.

stillvauriens-pull-tricot-raye-wip

WIP* en images… trois mois sous les flocons.

* WIP = Work in progress (ouvrage en cours)

Pour la laine, je me suis fait plaisir en profitant d’une promotion de l’Arbre à Laine pour tricoter ce pull en  Canopy Fingering de The Fibre Company. Sa composition: 50% bébé alpaga, 30% laine de mérino, 20% bambou… un petit luxe hyper léger (6 écheveaux de 50gr pour une taille M) et d’une douceur hallucinante.

stillvauriens-pull-tricot-raye-02

Parlons de la taille justement, selon mes mensurations j’aurais du faire un M1 mais mon échantillon était bien plus petit que celui du patron et mes calculs me donnaient à tricoter une taille L pour compenser la finesse de mon fil. Comme ma laine contient de l’alpaga, une fibre qui se détend pas mal (j’ai appris ça grâce aux conseils éclairés d’une copine tricoteuse!) et du bambou, fibre elle aussi très souple, j’ai préféré me fier à mon instinct et partir sur la taille intermédiaire M2. Au final, l’aisance au niveau du corps est parfaite à mon goût. Les manches en revanche sont un poil trop ajustées et je les ai tricotées assez courtes pour anticiper leur étirement. Je compte donc sur la gravité et la détente des fibres pour avoir à l’usage un pull qui correspondra parfaitement aux mensurations et à l’aisance souhaitée. Je vous tiendrai évidement au courant de cette évolution et on pourra juger de la pertinence (ou non) de mes choix sur ce modèle.

stillvauriens-pull-tricot-raye-03

En tout cas, j’ai adoré tricoter le corps de ce modèle avec son encolure raglan et sa bordure de jacquard. J’ai beaucoup moins aimé tricoter les manches, interminables… je crois que j’ai mis autant de temps pour faire le corps que pour les deux manches pendant lesquelles je me suis volontairement égarée dans plusieurs autres petits tricots d’accessoires. Je suis en définitive super contente du résultat et très fière de mon endurance sur de si fines rayures! Et Voilà!

Tricot et improvisation

J’ai tricoté ce châle à la fin de l’automne et je l’ai porté tout l’hiver. Je ne sais pas trop pourquoi j’ai traîné à le photographier alors que je l’aime énormément mais il n’est jamais trop tard et j’ai envie de vous en parler aujourd’hui.

chale-impro-001

Je l’ai tricoté avec deux écheveaux de laine de chez Biscotte et Cie achetés lors des journées portes ouvertes de la boutique en Septembre dernier. Je suis surtout tombée en adoration devant la couleur rouge sombre un peu bordeaux de l’écheveau le plus foncé. La promotion de l’événement c’était un écheveau acheté le second à moitié prix, je l’ai donc couplé d’un joli rouge plus vif.

chale-impro-002

Je voulais un châle asymétrique et j’avais surtout l’idée d’utiliser un point en filet pour optimiser la surface de mon châle tout en y insérant du point mousse, le tout avec seulement deux écheveaux de 185 mètres chacun!

Des exigences bien précises et pas envie de suivre un patron… j’ai donc complètement improvisé au fil de mon tricot. À moi la liberté avec cet ouvrage malmené, recommencé plusieurs fois et même trimballé en expédition. Je suis plutôt contente du résultat: point mousse, filet, augmentations asymétriques et rangs raccourcis, tout y est!

chale-impro-003

Les petits yeux aiguisés pourrons voir sur l’une de ces photos que mon tout premier démarrage n’était pas du tout le même que celui finalement adopté lors de la troisième et dernière amorce. Ce n’est pas la première fois que j’improvise en tricotant et malgré les détricotages dus aux tâtonnements des premiers rangs j’avoue aimer ça. Tricoter en freestyle donne du piquant à la réalisation d’ouvrage un peu basiques comme les châles triangulaires.

Et vous, avez-vous aussi un penchant pour le tricot improvisé?

Les chaussettes pastèques et la légende de l’écheveau voyageur

Avant de vous présenter mes nouvelles chaussettes, je dois vous parler du destin improbable d’un magnifique écheveau couleur pastèque que j’ai utilisé pour les tricoter. C’est un fil teint à la main, acheté au Québec chez Biscotte et Cie il y a trois ans. Je l’ai emporté en France à mon retour mais je ne l’ai pas tricoté. Donc… je l’ai ramené au Québec dans mes valises deux ans plus tard. Aujourd’hui, après un long voyage et une mutation démarrée en Septembre dernier, il est de retour sur son sol natal et s’est déroulé sur mes aiguilles pour donner vie à une belle paire de chaussettes.

stillvauriens-insta-pasteque

WIP* en images… les chaussettes sont des projets faciles à transporter que je ne tricote quasiment qu’en dehors de chez moi.

* WIP = Work in progress (ouvrage en cours)

Tricoté en aiguilles circulaire n°2.5, composition laine avec un soupçon de nylon et patron gratuit. Le modèle s’appelle Down the Rabbit-Hole et il est à télécharger sur Ravelry.

Pour ces chaussettes j’ai changé certaines de mes habitudes et testé quelques petits points techniques que je vais détailler un à un pour en tirer mes impressions:

Tricoter deux chaussettes en même temps:

Ce n’était pas une première et c’est vraiment une technique que j’adore pour les chaussettes, mitaines, moufles, etc. J’ai le syndrome de la deuxième chaussette et en plus je suis maniaque… Cette méthode me permet de ne pas avoir à refaire deux fois la même chose tout en étant sûre d’avoir un tricot parfaitement identique sur les deux pièces. J’adore.

chaussettes-pasteques-002-600

Mais je déconseille vivement de l’utiliser sur ce patron. Avant de commencer je n’avais pas envisagé le problème des torsades qui tournent autour de la jambe. Lors du passage de la torsade de l’avant à l’arrière de la cheville entre les deux chaussettes, les mailles ne se retrouvent pas sur la « bonne moitié » et le montage double est vraiment un problème. A chaque répétition du motif (tout les 10-15 rangs environ) j’ai du bidouiller mon montage avec des aiguilles auxiliaires pour faire passer la torsade de l’avant vers l’arrière et de l’arrière vers l’avant.

Je ne sais pas si vous avez compris le soucis mais en gros, c’était le merdier.

Tricoter des chaussettes du mollet vers la pointe:

J’ai l’habitude de commencer mes chaussettes par la pointe mais pour ce modèle j’ai suivi le patron qui démarre par le mollet. Je préfère définitivement les modèle en « toes-up », c’est à dire qui commence par la pointe car je trouve qu’on gère plus facilement sa quantité de laine et qu’on peut ainsi tricoter son fils jusqu’au bout de la pelote. En commençant par le mollet il faut estimer la quantité nécessaire pour le pied. A la fin de ce modèle, je me retrouve avec un reste de laine que j’aurais pu utiliser pour quelques centimètres de mollet en plus. Mais je ne sais pas si commencer par la pointe serait compatible avec le type de talon de ce patron, j’étudierai la question sur un prochain ouvrage.

chaussettes-pasteques-003-600

Le talon à l’allemande*:

J’avais l’habitude de faire mes talons en rangs raccourcis tout simplement parce que je maitrise la technique et que c’est la première que j’ai apprise. J’ai testé grâce à ce patron la méthode de talon à l’allemande*, une méthode qui utilise des mailles relevées couplées à quelques rangs raccourcis. J’ai vraiment aimé cette technique, je la trouve plus esthétique et plus confortable à porter. En plus il n’y a pas le problème des « petits trous » obtenus avec les rangs raccourcis, je suis conquise.

*c’est l’appellation que j’ai trouvé en fouillant sur le net. N’hésitez pas à me corriger dans les commentaires si la définition n’est pas la bonne.

Le talon renforcé:

En plus de la méthode de mailles relevées, ce patron utilise un point renforcé pour le talon. Facile à réaliser, ce point permet de créer une sorte de doublure renforcée à l’intérieur du talon ce qui offre plus de solidité là où il y a le plus de frottements à l’usage.

Nota: si vous chercher ce fil chez Biscotte et Cie, le coloris s’appelle « Melon d’eau ». Il a un tout petit peu évolué depuis trois ans mais le rendu est toujours aussi joli ;)

[Astuce] Doubler son bonnet

L’épreuve hivernale du Québec… j’avais oublié ce que ça faisait jusqu’aux grands froids de ce weekend. Dimanche matin, pour affronter le vent glacé qui sait si bien se faufiler entre les mailles j’ai entrepris de doubler un de mes bonnets. J’avais déjà parlé de bonnets doublés à Noël et on m’avait questionné sur cette étrange astuce, cette fois j’ai donc pris quelques photos pour vous en révéler le processus.

stillvauriens-doubler-bonnet-000

Je double généralement mes bonnets avec une laine plus fine que celle du modèle. Ici par exemple j’ai pris un bonnet en pure laine tricoté l’année dernière en aiguilles n°7 et je l’ai doublé avec un reste de fils Jo Sharp tricoté en aiguilles n°4.5.

Première étape: Retourner le bonnet pour travailler sur l’envers. Relever à l’intérieur une maille sur chaque maille de la circonférence du bonnet. J’ai choisi de commencer ma doublure à quelques cm du bord des côtés (ici, 9cm) mais on peut choisir de la faire plus ou moins large évidement.

stillvauriens-doubler-bonnet-001

Pour relever des mailles, piquer l’aiguille sous le brin de la maille à relever et tricoter ce brin comme une maille à l’endroit.

stillvauriens-doubler-bonnet-002

On obtient le même nombre de mailles que sur un rang du bonnet initial. Selon le numéro d’aiguilles choisi il faut augmenter ce nombre de mailles pour obtenir une doublure souple et de même circonférence que celle du bonnet. Pour mes aiguilles (n°4.5 pour un bonnet en n°7) j’ai doublé toutes les mailles. Pour un autre numéro d’aiguille il suffira peut être d’en doubler 1 sur 2 ou 1 sur 3, c’est à calculer selon l’échantillon de la doublure.

Deuxième étape: Faire un rang d’augmentations. Ici, en tricotant deux fois chaque maille. C’est à dire, tricoter une maille à l’endroit parle brin avant (comme une m end normale) puis, avant de la laisser tomber de l’aiguille de gauche, tricoter la maille une seconde fois par le brin arrière.

stillvauriens-doubler-bonnet-003

Troisième étape: Tricoter en jersey jusqu’à couvrir toute la surface à doubler et donc atteindre le bord des côtes.

stillvauriens-doubler-bonnet-004

Quatrième étape: Rabattre les mailles tout en cousant la doublure à l’intérieur du bonnet. Ma méthode: tricoter à l’endroit la première mailles du rang. Puis, *tricoter ensemble et à l’endroit les 2 mailles suivantes (img1). Avec l’aiguille de gauche, piquer une maille sur le second rang à l’intérieur du bonnet et glisser l’aiguille sous le brin avant de la maille que l’on vient de tricoter. Tricoter à l’endroit ces deux mailles ensemble par le brin arrière (img2). Avec la pointe de l’aiguille de gauche, passer la maille la plus à droite par dessus celle que l’on vient de tricoter (pas d’image mais c’est la méthode de rabattage traditionnelle).* Répéter de * à * autant de fois que nécessaire pour rabattre et coudre l’intégralité du dernier rang de la doublure.

stillvauriens-doubler-bonnet-005

Rentrer les fils et profiter de ce nouveau bonnet doublé pour de belles balades dans le froid mais les oreilles au chaud!

Brassica, un nouveau bonnet

J’aime bien chercher l’origine ou la définition des noms donnés aux patrons que je tricote. Brassica est un genre de plantes comportant notamment les espèces de choux. Un nom idéalement choisi par son auteur pour ce bonnet tout rond (je sais, un bonnet c’est forcément rond mais vous voyez l’idée), légèrement slouchy et très confortable. Le patron est gratuit et disponible sur Ravelry.

stillvauriens-bonnet-quebec-02

Je l’ai tricoté en aiguilles n°6 avec un écheveau acheté impulsivement sur le stand des laines québécoises Sweet Paprika lors du dernier festival Twist. J’avais idée que cette laine allait être jolie une fois tricotée mais les nuances bordeaux, prune et vieux rose ont dépassé mes attentes! Pas grand chose de plus à dire sur ce modèle, le patron est très clair, c’est un projet ultra rapide à réaliser et la large rangée de côtes protège bien les oreilles du vent d’hiver.

stillvauriens-bonnet-quebec-03Séance photo lors d’une balade près de Montréal dans un marais couvert de neige et sous le regard d’un soleil voilé. C’était beau et paisible, c’était un doux matin d’hiver.

stillvauriens-bonnet-quebec-01

Je portais aussi un nouveau châle qu’on aperçoit un peu et qui fera bientôt l’objet d’un prochain article :)

Un plaid en 25 points de tricot

J’avais envie d’un plaid en patchwork de carrés de tricot depuis longtemps. En Octobre dernier, ma première session de cours de tricot à Montréal m’a offert le bon prétexte pour m’attaquer à ce grand classique du tricot.

J’utilise beaucoup le réseau social Instagram pour partager mes photos quotidiennes, suivre mes amis, puiser l’inspiration et régaler mes yeux de jolis clichés. Comme mon compte est dédié à 80% au tricot et à la création, j’y diffuse régulièrement l’avancé de mes projets en cours. Je trouvais ça dommage de ne pas en faire profiter les lecteurs du blog qui ne me suivent pas sur Instagram. J’inaugure donc aujourd’hui le petit montage WIP* qui récapitule l’avancé de mon projet tel que je l’ai diffusé au fil de la réalisation.

stillvauriens-plaid-wip

WIP* en images… deux mois de tricot pour 25 carrés différents!

* WIP = Work in progress (ouvrage en cours)

J’aurais pu vous montrer ce projet terminé il y a bien longtemps mais j’ai vraiment trainé à le photographier. Il a déjà un peu de vécu et nous a prouvé son efficacité de nombreuses fois au bénéfice de petits pieds frileux sur canapés.

stillvauriens-plaid-003

Je l’ai tricoté principalement avec une laine Jo Sharp qualité Silkroad Aran Tweed. J’ai fait l’acquisition d’une douzaine de ces pelotes lors d’une vente de garage à mon arrivée à Montréal. Le lot hérité d’une tante tricoteuse était vendu seulement 4 petits dollars et je n’ai pas hésité un instant lorsque j’ai lu sa composition: 85% laine, 10% soie, 5% cachemire. L’affaire du siècle!

stillvauriens-plaid-002

Pour donner une touche de couleur à ce beige plutôt banal, j’ai ajouté un écheveau de bleu turquoise légèrement chiné de chez Shepherd’s Wool. Le tout est tricoté en aiguilles n°5.

stillvauriens-plaid-005

Quant au patron, je l’ai créé entièrement pour l’animation de mes cours débutants mais c’est simplement une sélection de points de bases et de motifs tricotés en format carré. Ce n’est pas la première fois que je tricote un assemblage de carrés et j’avais oublié comme les coutures sont laborieuses! C’est bien la pire étape d’un projet comme celui-ci et je déteste vraiment ça. Pour les finition j’ai choisi une fine bordure en i-cord. J’aurais préféré faire quelques rangs de point mousse pour régulariser mes côtés mais j’aurais manqué de fil.

stillvauriens-plaid-004

Un bonnet tricoté pour Noël

Cette année je n’ai tricoté qu’un seul de mes cadeaux de Noël et je m’y suis prise un peu au dernier moment comme tout les lutins très occupés. Il fallait déjà trouvé la bonne laine et surtout les bonnes couleurs, celles qui plairont au futur propriétaire du cadeau tricoté. J’ai déniché mon trésor au fond d’une jolie petite boutique de la rue Duluth à Montréal. Boutique de jouets au premier abord, La Grande Ourse regorge de petits trésors dont quelques écheveaux de pure laine traditionnelle. J’ai choisi  une belle laine qui vient du Nouveau-Brunswick, la Briggs Little, dans sa gamme « Super » à tricoter en n°7.

stillvauriens-quebec-bonnet-001

J’ai terminé mon bonnet de Noël quinze minutes avant d’aller travailler au matin du 24 et tout ça sans que l’heureux destinataire ne s’en rende compte. Mission accomplie!

Bonnet testé et approuvé au bord des lacs lors d’une belle après-midi au parc du Mont Orford.

stillvauriens-quebec-bonnet-003

Comme c’est un vrai bonnet d’hiver destiné à vivre les grands froids québécois à venir, je l’ai doublé avec un reste de laine toute douce qui contient un peu de soie et de cachemire. Doubler mes bonnets, c’est une habitude que j’ai prise depuis l’an dernier, ça me permet de tricoter des bonnets en pure laine mais qui ne grattent pas les fronts sensibles et ça offre en plus une barrière au vent super efficace. Il m’a fallu pour celui-ci une demi pelote de laine Jo Sharp issue d’un stock acquis de façon incroyable… mais c’est une autre histoire que je vous raconterai bientôt!

stillvauriens-quebec-bonnet-004

Je vous souhaite une bonne fin d’année! Profitez bien des fêtes et n’oubliez pas de tricoter pour vos proches, un cadeau tricoté c’est autant de mailles que de mots d’amour…

Couverture Chevron pour Bébé

Le problème quand on tricote pour un cadeau c’est qu’on meurt d’impatience de montrer sa création mais qu’on ne peut rien dévoiler tant que le cadeau en question n’est pas entre les mains de ses heureux propriétaires.

stillvauriens-couverturebebe-002

Une semaine de préparation de colis, un vol en avion et deux semaines de cheminement plus tard, voilà mon paquet arrivé et je peux vous le montrer ici et en couleurs!

stillvauriens-couverturebebe-005

C’est une couverture de bébé réalisée pour l’arrivée dans notre monde d’un petit Colin. Elle est toute douce car tricotée en laine Shelridge Yarns, une laine 100% mérinos qui possède une belle gamme de couleurs et que j’ai découvert à la Maison Tricotée à Montréal. Ce fil est traité pour passer en machine, ce dernier critère est un point essentiel à surveiller quand on achète une laine pour faire de la layette ou des tricots pour bébé. Inutile d’imposer à la nouvelle maman un lavage exclusif à la main, il parait qu’elle a déjà assez à faire…

stillvauriens-couverturebebe-003

En ce qui concerne le modèle et son superbe point de chevron, le patron est disponible gratuitement (en français et en anglais) sur le site de la boutique Espace Tricot de Montréal. Ça fait un moment que cette couverture me faisait de l’œil et j’ai adoré la tricoter. Les chevrons se dessinent grâce à une association d’augmentations et de diminutions, c’est super ludique et ça monte tout seul!

stillvauriens-couverturebebe-004

J’ai oublié de mesurer ma couverture avant de l’envoyer mais avec trois écheveaux de 100 grammes tricotés en aiguilles n°4,5, j’ai eut suffisamment de laine pour faire une couverture assez grande pour être utilisée bien bordée dans une poussette.

Le châle Lemna du renard

Cet été au Festival du Lot et la Laine, j’ai craqué sur un écheveau aux couleurs incroyables. Un joli roux des laines (Vi)laines qui était vendu en kit avec un patron de châle par les Instants de Louise. Si au départ j’ai surtout flashé sur le fil, j’ai été ravie du modèle de châle Lemna.

stillvauriens-lemna-001

Je l’ai terminé il y a presque trois mois mais j’ai vraiment tardé à le photographier. J’adore sa couleur, sa douceur et grâce à sa composition il est très chaud tout en étant très fin (un seul écheveau de 100g pour un grand châle!).

stillvauriens-lemna-003

Laine mérinos et soie, coloris « Tirer la queue du renard »

stillvauriens-lemna-006

Il est tricoté en aiguilles n°3,5 avec une grande surface en point mousse et une portion de fine dentelle pour casser la routine. J’ai adoré faire ce modèle, comme la laine était toute fine j’ai pu transporter mon ouvrage partout au fond de mon sac pendant mes déménagements de la fin de l’été.

Enfin bref, en résumé, j’en suis fan!

stillvauriens-lemna-004

Remarque et micro adaptation du motif en dentelle:

Je ne suis pas une grande fan des surjets, peut être que je m’y prends mal mais chez moi je les trouve toujours visibles et asymétriques. Du coup j’ai remplacé dans le patron initial les surjets par des « ggt » et les surjets doubles par des « double diminutions centrées ». C’est ma petite touche personnelle plus adaptée à mes habitudes de tricoteuse mais ça ne change pas grand chose au motif final.