Posts tagged: Phildar

Mon premier pull où comment j’aurais pu arrêter le tricot pour toujours…

Cette année j’ai fait la connaissance de Lucile, voyageuse de passage à Montréal et lectrice de Still Vauriens, elle m’a contacté pour une rencontre. Nous nous sommes revues plusieurs fois, toujours autour de nos tricot pour de longues conversations sur la laine, le tricots et plus généralement nos façons d’aborder la vie autour de la création. Lors de l’un de nos rendez-vous elle m’interrogeait sur mes débuts et je lui racontais l’histoire de mon premier pull qui aurait aussi bien pu être le dernier. Ça l’a fait beaucoup rire et elle a regretté de ne pas pouvoir avoir sous les yeux ce mythique ouvrage originel. À l’occasion d’un séjour chez mes parents j’ai retrouvé le fameux pull et je l’ai porté à nouveau pour quelques photos. Je dédie donc cet article à Lucile* et je vais vous raconter à vous aussi, l’histoire de mon tout premier pull.

stillvauriens-premier-pull-phildar-001

Sobriété des couleurs et texture peluche, mon tout premier pull.

Je tricote depuis l’enfance et pendant des années je me contentais de des écharpes au point mousse et je crochetais beaucoup. Je faisais des carrés et selon la façon de les plier ça devenait une trousse, un bonnet de poupée ou un pull de Barbie! Un jour, aux alentours de mes 15 ans, il m’a pris l’envie de passer enfin aux choses sérieuses et de me tricoter UN PULL. Nous sommes donc allées chez Phildar avec ma Maman où j’ai choisi un joli modèle dans le catalogue de la saison avec la laine qui va avec.

catalogue-phildar-pull

Printemps/Eté 99 – On peut retrouver le catalogue d’époque sur A little Mercerie

J’étais ado et pour que je sois suffisamment motivée pour venir à bout de cet exercice de patience qu’est le tricot, il me fallait un modèle qui me fasse envie. J’ai donc délibérément choisi ce pull chaussette ultra coloré avec l’ambition de le porter rapidement, sauf que pour une première ce n’était pas forcément le meilleur choix…

1/ Le numéro d’aiguille: du 3,5 mm

À l’époque je tricotais par période et je n’étais pas super rapide mais alors avec du 3.5 ce fut un long travail d’endurance, il m’a fallu deux ans pour en venir à bout.

stillvauriens-premier-pull-phildar-00

The sky is the limit

2/ Un motif trop compliqué

Des côtes plates et de fines rayures multicolores irrégulières, tout un programme pour une débutante! Ma mère m’a rapidement convaincu d’abandonner les côtes pour un simple point jersey et elle a eut bien raison. J’ai déjà suffisamment galéré à compter mes rangs pour chaque rayures, si j’avais dû en plus me concentrer sur des mailles à l’envers et à l’endroit, on y serait encore.

3/ Un fil infernal

Le fil suggéré avec ce modèle était subtilement nommé Bouclettes d’été et je l’ai tout de suite trouvé super cool. J’ai vite déchanté, les bouclettes c’est l’enfer! Ça brouille la vision, on voit pas les mailles, on pique dans une boucle au lieu de piquer sous le fil et je ne compte pas le nombre de mailles perdues récupérées en urgence. Le seul avantage des bouclettes c’est de cacher la misère, les défaut et petits trous passent inaperçues sous la texture moumoute.

stillvauriens-premier-pull-phildar-003

Bouclette d’été, collection 1999

4/ Un patron à coudre

À cette époque où Internet n’était encore pour moi qu’une rumeur, je n’avais pas vraiment eut d’autre choix que de suivre les patrons façon couture des catalogues Phildar. Pour cette étape, j’avoue humblement avoir refilé la corvée des coutures et des finitions à ma mère qui l’a entièrement terminé pour moi, encolure comprise.

5/ Un ajustement à l’arrache

Le problème des patrons cousus c’est qu’on découvre le résultat à la fin et mon pull était finalement un peu trop court. J’étais déjà tenace à l’époque et imaginative, j’ai détricoté le rang de montage de mon pull, remonté une à une les mailles sur une aiguille, puis tricoté dans l’autre sens un peu plus de côtes pour rallonger mon corps.

stillvauriens-premier-pull-phildar-002

Tadam! La magie, j’te l’aurais pas dit, tu l’aurais pas vu.

J’ai donc vaincu! J’ai fini mon pull et je l’ai même porté pendant quelques années. Et puis j’ai arrêté parce qu’il m’est devenu un peu juste et aussi parce que ces couleurs sont quand même un peu violentes. Je le garde tout de même dans mes cartons de souvenirs… mon premier pull tricoté, celui qui aurait pu me faire lâcher mes aiguilles pour toujours.

Montre-nous toi aussi tes vestiges de tricot, de crochet, de couture ou de broderie… du temps où on avait pas internet pour mettre instantanément en image toutes nos réalisations. Pour que je puisse les repérer et les relayer, partage tes articles, tes souvenirs ou tes photos sur les réseaux sociaux avec le hashtag :

#souvenirsdaiguilles

* Lucile raconte son voyage et partage ses réflexions sur le tricot sur son blog: Ateliers du fil

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

[Tag Tricot] Les Boulets Anonymes

C’est Izzie qui m’a taguée sur un sujet que je connais un peu trop bien… les boulets! Ce sont ces projets qu’on ne termine jamais ou qu’on traine pendant des mois, voir des années. Je la remercie chaleureusement d’avoir partagé ses boulets avec nous et j’accepte, non sans un peu de culpabilité anticipée, de répondre à cette série de questions.

Quel est votre plus vieux boulet ? Racontez-nous tout : son histoire, sa conception, son abandon… 

stillvauriens-boulets-pullLe pire de tous, je l’ai trainé sur au moins trois ans et j’ai fini par l’abandonner au fond d’un carton, planqué dans le grenier. C’est un projet de robe tricotée en aiguille 6mm, couleur vert bouteille avec une encolure en jacquard façon pull islandais en rose fushia et jaune paille! Rien qu’en l’écrivant je me fais peur…

J’avais acheté de la Partner sur le site de Phildar pendant une grosse période de solde (d’où mon étrange choix de couleur peut être?) et j’ai décidé d’improviser cette robe à partir du patron de pull top-down Brick. Ça n’a évidemment pas été concluant. Mon motif ne fonctionnait pas sur les raglans, j’ai recommencé plein de fois, la Partner détricotée commençait à faire sérieusement la gueule et une robe en n°6 ça pèse lourd et ça tombe pas super bien. Après un énième détricotage c’est devenu un pull moyennement concluant. Si je me fie à mes souvenirs, je crois que je l’ai fini mais qu’il faudrait refaire le corps pour cause de cintrage un peu moche… Bref, la dernière fois qu’on l’a vu, c’était il y a 69 semaines, un jour de neige et de trop grand enthousiasme.

Quel est votre boulet inavouable ? Vous avez bien un truc qui traîne pour lequel vous vous demandez encore ce qui vous a pris de vous lancer dans un truc pareil ?

La marinière Phildar… Je me rappelle très bien quand j’ai décidé de la démarrer, tout le monde la faisait chez les tricoteuses françaises. Il y a même eut un KAL. À force de la voir passer j’ai craqué et j’ai acheté un joli coton recyclé de chez Plassard. Sauf que j’avais déjà beaucoup trop de projets en cours et que je n’ai jamais dépassé les 10 premières rayures. Je l’ai abandonnée en France quand j’ai déménagé mais j’ai vraiment espoir de le reprendre un jour car elle serait quand même super jolie…

stillvauriens-boulets-002

Capture de la page du boulet en question sur mon profil Ravelry…

 

stillvauriens-boulets-mouflesQuel est votre miniboulet ? Un miniboulet, c’est un jeune boulet encore frais, de moins d’un an.

Sans hésiter, mes moufles! Vues comme ça elles ont l’air terminées, sauf qu’à la base j’ai prévu de les doubler et de broder un motif en faux jacquard… Je les ai tricotées cet hiver, elles ne sont pas finies donc je ne les ai jamais portées et je sens qu’elles vont rester longtemps à ce stade là… Comme de toute façon je ne les porterai pas avant au moins six mois on va dire que j’ai encore largement le temps de m’y remettre.

.

stillvauriens-boulets-daisyQuel est votre futur boulet ? Vous avez peut-être un projet qui vous tente, mais vous savez que ça va virer boulet très, très vite ? Racontez-nous !

Il y a de grandes chances pour qu’un futur boulet soit au crochet… Je rêve de cette couverture et je sais que je la démarrerai un jour. La finir en revanche c’est une autre histoire car j’aime pas trop faire des carrés et j’aime vraiment pas les assembler. C’est donc super mal parti d’un point de vue productivité mais c’est un excellent candidat à la nomination de futur boulet. Promis, si me lance un jour je vous fait signe qu’on rigole!

Pour finir sur une note positive, j’aimerais rendre hommage à un boulet qui n’en est pas vraiment un!

On me demande souvent des nouvelles de ma couverture en crochet, As-we-go Stripey Blanket. Elle va bien, elle n’a pas été abandonnée et ce n’est pas vraiment un boulet. Certes elle a été commencée il y a fort longtemps mais je compte bien la terminer un jour et cela sans souffrance. Elle est effectivement en pause et j’ai dû l’abandonner en France car une couverture de laine + le stock de pelotes qui va avec c’est un chouia encombrant lors d’un déménagement transatlantique. Mais un jour, je la finirai!

as-we-go-2014-01-19-002

Voilà, j’ai tout avoué! Pour me sentir un peu moins seule face à mes boulets, j’aimerais bien connaitre ceux d’Ysabelh et de Perrinpimpim!

Pull ajouré pour fin d’été ensoleillée

Dans la liste de mes en-cours établie avant mon déménagement, il y avait un joli n°5 commencé sur un coup de tête. Il m’a suivi jusqu’ici et je vous le présente aujourd’hui.

  n°5, Le déraisonnable

stillvauriens-natura-xl-pull-001

Je l’ai commencé sur un coup de tête alors que j’avais déjà bien assez de mailles sur mes aiguilles déjà en activité. Je l’ai terminé deux mois plus tard,  la veille de mon départ pour le Canada, je n’avais même pas rentré les fils mais j’ai pu le glisser dans ma valise au dernier moment.

Il est tricoté en aiguille n°7 avec le coton Natura XL de DMC. La gamme de couleur de ce coton est tellement vaste et attractive que j’ai eut bien du mal à m’arrêter sur une seule teinte pour ce pull. La photo suivante est celle qui restitue le mieux la vraie couleur de mon fil.

stillvauriens-natura-xl-pull-002

J’ai adapté le patron d’un modèle Phildar disponible gratuitement sur leur site (ici). Le modèle original est tricoté en n°5, il faut un bon échantillon et une solide règle de trois pour l’adapter au gros coton de chez DMC et aux aiguilles n°7.

J’ai eut beaucoup de mal à mesurer correctement mon échantillon sur un point ajouré aussi gros et surtout en coton. Au fur et à mesure de l’avancé de mon tricot, je me suis vite rendu compte que mon pull serait trop juste en largeur. J’ai donc triché lors de la couture en effectuant une sorte de bordure en crochet tout le long de chaque bord à coudre le long du corps et sous les manches. Cette petite adaptation a sauvé mon tricot qui me va maintenant parfaitement et je trouve qu’il lui apporte une petite valeur ajoutée plutôt esthétique.

stillvauriens-natura-xl-pull-004

Un de mes pires moments pour ce tricot: les finitions. Rentrer des fils aussi gros sur un point plein de trou, un beau moment de casse-tête et de ronchonnage intempestif.

Finalement, j’aime beaucoup ce pull, il est très agréable à porter malgré son poids (le coton, surtout en n°7, ça pèse un peu) et c’est tout de même un super compagnon de fin d’été, il accompagne à merveille mon bronzage accumulé ces deux derniers mois… la trace de mes sandales sur mes pieds peuvent en témoigner!

stillvauriens-natura-xl-pull-003

Snood en jacquard très inspiré

Il y a trois ou quatre ans, Phildar avait publié dans un de ses catalogues d’accessoires d’hiver un très joli snood d’inspiration péruvienne. Il m’avait beaucoup plu à l’époque mais j’avais d’autres en-cours, puis le temps a passé, le modèle est devenu indisponible en ligne et le catalogue introuvable. Vous pouvez en voir un très joli modèle sur le blog Lili est folle :)

Même s’il s’est perdu dans les archives des collections passées, je l’ai toujours gardé dans un coin de ma tête. Et puis cet hiver, il m’a fallu tricoter un nouveau col pour mes sessions de snowboard… J’allais enfin l’avoir mon snood en jacquard et ses petits lamas!

Inspiré de l’original, j’ai improvisé les rangs au fur et à mesure que je les tricotais. J’ai gardé les adorables petits lamas et j’ai ajouté une ligne de motifs d’inspiration plus nordique.

J’ai utilisé la laine de DMC Myboshi tricotée en aiguille circulaires n°6. La gamme de couleur de cette laine est impressionnante, ce qui m’a permis de coller au plus près des nuances de ma tenue de sport d’hiver déjà bien colorée.

La présence du rose et de l’orange était indispensable pour s’harmoniser avec mon pull préféré (oui ♥) et le rouge et le blanc collent avec les couleurs de mon blouson. Je vous rassure mon pantalon est noir, unique touche de sobriété dans cet attentat visuel.

Je suis contente du résultat, il est agréable à porter sans être trop chaud (le fil ne comporte que 30% de laine) et j’ai repris la main sur la technique du jacquard que j’utilise trop rarement.

Duo-Tricot: Pull Phildar et Milanese Loop

J’ai deux tricots à vous présenter aujourd’hui. On pourrait considérer ce duo comme un ensemble puisque l’un a été tricoté avec les restes de stock de laine de l’autre.

Le premier est terminé depuis longtemps et je l’ai déjà pas mal porté. C’est mon pull Phildar tiré du catalogue Phildar « bo.basics » n°46 que j’ai terminé au mois d’Août. Je l’ai rebaptisé en pull franco-québécois puisque je l’avais commencé en France et apporté avec moi à Montréal. Je l’ai tricoté en aiguilles n°3.5 et avec une laine bleue canard Club Alpin de Bouton d’Or. Par rapport au modèle de base, j’ai choisi de tricoter les bordures dans une autre laine couleur chocolat pour trancher et lui donner un peu d’originalité.

Je suis plutôt satisfaite du résultat, même si je regrette son absence totale de cintrage au niveau de la taille. Le patron était ainsi. J’ai faillis réduire quelques mailles en cours de tricot mais pour une fois j’ai voulu m’en tenir au modèle et je le regrette un peu.

Le second c’est le Milanèse Loop, dont le patron est disponible gratuitement sur Ravelry. Je l’ai donc tricoté dans la même laine que mon pull avec des aiguilles n°3.5.

Je ne sais pas pourquoi, j’ai bloqué en cours de route sur ce projet. Je l’ai laissé à l’abandon pendant pendant plusieurs semaines pour le reprendre récemment. Je suis finalement assez contente du résultat, c’est une écharpe légère et douce, très agréable à porter. C’était également un de mes premiers tricots ajourés :)

 

Tricot à Montréal #03

L’été avance et mes tricots en cours aussi. J’ai presque fini mon pull franco-québécois, j’ai bricolé quelques bijoux tricotés que je dois photographier bientôt et j’ai démarré une nouvelle paire de chaussette.

Les coutures de mon pull Phildar « bo.basics » n°46 sont terminées. Il ne me reste plus qu’à tricoter l’encolure et de lui rajouter un petit détail en plus, à ma façon. Ces nouvelles chaussette ne sont pas pour moi et je suis déjà jalouse de leurs couleurs! J’utilise de la laine Opal, j’en étais tombée amoureuse en tricotant une de mes paires de chaussettes de Noël. Là, c’est la gamme Sport en coloris n°3064.

Ici, je fais pas mal de tricot mais aussi beaucoup de vélo! Montréal est entourée d’eau et d’îles accessibles aux cyclistes. Des pistes de plusieurs dizaines de kilomètres permettent de s’évader de la ville et d’en avoir des points de vue grandioses. Un vrai bonheur!

Hier avec Eva, une copine tricoteuse rencontrée au rendez-vous Stitch n’Bitch, nous avons fait une grande escapade de près de 40km sur les bords du canal Lachine, de l’aqueduc et des rapides du Saint-Laurent. A mi-parcours: la pause pique-nique et tricot bien sûr!


Tricot à Montréal #01

Mes premières semaines à Montréal se résument pas mal en nombre de kilomètres parcourus à pied puis en vélo… (je n’ai pas résisté à l’envie d’ajouter un peu de tricot sur mon nouveau vélo en l’équipant de ma selle en crochet). Repérage de la vie quotidienne, des bars, des salles de concert et bien sûr des magasins de tricot! Au détour des balades j’ai croisé beaucoup d’écureuils, un peu de yarn bombing sur la rue Mont-Royal et la rue violette de la Forêt Urbaine du Musée McCord

Aussi ce weekend avait lieu la journée mondiale du tricot. A cette occasion j’ai rejoint Samedi après-midi le groupe Stitch n’Bitch de Montréal pour un chouette moment de tricot ensoleillé au parc. J’ai eut le plaisir de rencontrer des tricoteuses très sympas et d’en apprendre plus sur ma nouvelle ville. Tout en poursuivant mon « en cours » du moment que j’appelle le pull franco-québécois puisque je l’ai commencé avant mon départ.

C’est un modèle du catalogue Phildar « bo.basics » n°46. Je l’ai personnalisé avec des bordures en côtes de couleur chocolat qui tranchent avec la laine bleu canard du corps. Il ne me reste plus qu’a terminer les manches…