Posts tagged: Mérinos

Cameo, un châle au point mousse

J’adore les châles, les foulards et les écharpes en tout genre. En plus je suis chochotte fragile de la gorge, j’attrape tout ce qui passe dès que je me trouve dans un courant d’air, donc je porte souvent quelques chose autour de mon cou, peut importe la saison.  J’ai fini tout récemment mon dernier châle et ça tombe bien car depuis deux jours je suis un peu enrhumée :s

J’ai commencé ce projet avec l’idée d’utiliser des laines que j’avais déjà mais qui dormaient au fond de mes tiroirs. Il me fallait donc un modèle qui collait avec le nombre de pelotes que j’avais à ma disposition. Ravelry et son moteur de recherche béni des tricoteuses m’a dégoté ce modèle Cameo.

La construction est toute simple avec des augmentations régulières sur un seul côté du triangle, le petit détail technique sympa se trouve dans la bordure en picot qui se monte tout au long du tricot. Pour finir la ligne de points ajourés casse un peu la routine et termine bien le châle.

Pour la laine j’ai utilisé des restes de Merino de chez Gedifra en jaune et marron chocolat. J’avais ces pelotes depuis tellement longtemps que la jaune avait été attaquée par des mites, j’ai un peu ragé en découvrant régulièrement le fil rongé jusqu’au cœur de la pelote. Une première que je ne souhaite pas réitérer, je me suis donc équipée d’anti-mite pour protéger mon stock de laine. Pour la laine turquoise, vous l’aurez peut être reconnue, ce sont les restes de mon gilet Rocky Mountains, du beau Mérinos de la Filature du Valgaudemar. Le tout est tricoté en aiguilles n°4.

*****

Aujourd’hui c’est le 1er Octobre, nous voilà bien implantés dans l’Automne! Saison des feuilles rouges, des premiers froids, des balades et des grosses envies de tricot! Je vous souhaite un bel automne et un bon tricot :)

 BONUS: La semaine dernière j’ai fait 3 jours de rando… et de tricot! Séance tricot surprise à 2880m d’altitude sur ce lien: Away we go

Mon premier atelier teinture: du fun et un dégat.

Dimanche après-midi, à l’occasion du festival le Lot et la Laine, mes copines et moi avons donc participé à un atelier de teinture sur le stand de Maco Merinos. J’avais déjà repéré cet atelier sur le programme et je n’ai pas été déçue d’y participer. C’était un bon moment d’initiation avec de bons produits et l’opportunité de rentrer chez soi avec un écheveau teint par nos soins.

Pour commencer, il a fallu prendre des décisions primordiales. Tout d’abord le choix d’un de leurs écheveaux de laine 100% Mérinos des Alpes du Sud. Nous avons toute les trois opté pour un fil de laine nommé Caline, qui se tricote en aiguilles n°4. S’en est suivi le choix de la couleur… de longues minutes de réflexion et de débats pour choisir la couleur idéale dans le nuancier proposé. Une torture pour moi qui suis une éternelle indécise, pire encore que de choisir un plat dans la carte au resto!

Le choix de Sophie, un joli vert clair.

Deuxième étape, un petit exercice de calcul guidé par notre feuille de route pour déterminer la recette qui mènera à la couleur choisie. Pour mon rouge par exemple c’est une dominance de rouge ruby et un soupçon de orange. Ne pas oublier la dilution à l’acide citrique, indispensable à la procédure. Les teintures que nous avons utilisées sont de la marque Greener Shades, éco-responsables, ce sont des teintures chimiques mais qui ne contiennent pas de métaux lourds.

Je dois vous avouer que c’est à ce moment que j’ai dérapé… en prenant de la couleur rouge, la seringue m’a cassé entre les doigts. J’ai inondé la table de colorant, mélangé du rouge dans un bocal de jaune et par la même occasion tâché ma robe et mes pieds… Un grand moment de honte pendant qu’on nettoyait les dégâts. Je remercie la patience de notre animatrice d’atelier qui ne pas assommée sur place malgré sa fatigue accumulée en ce weekend de festival.

Une fois ma bourde réparée, nous avons pu commencer à teindre notre écheveau. En tamponnant la couleur sur les fibres puis en faisant pénétrer le produit avec les doigts en essayant d’obtenir une teinture uniforme.

Pour Émilie, un beau vert soutenu et flashy.

Dernière étape de l’atelier, la cuisson pour fixer la couleur. Enroulés dans un film plastique, nos écheveaux sont passés deux fois quelques minutes au micro-ondes pendant que j’essayais de sauver ma robe à grand coup d’eau clair et de savon pour les mains. A notre retour au stand, nos écheveaux sortis du four avaient des allures de boudins multicolores et bouillants.

Mon écheveau rouge, façon saucisse de Toulouse.

Nous sommes parties du festival avec nos écheveaux en l’état et pour consigne de les laisser totalement refroidir avant déballage. Le lendemain, après un rinçage à l’eau clair, il a fallut les pendre à l’air libre jusqu’à ce qu’ils soient totalement secs.

Me voilà maintenant avec un grosse pelote de 100gr de belle laine rouge à tricoter en n°4. Je suis ravie de cette première expérience, il ne me reste plus qu’à trouver le petite projet parfait pour utiliser cette merveille.

Merci Maco Merinos pour ce super petit atelier :) Et juste pour info, ma robe est ressortie presque intacte du lave-linge, il reste à peine une légère ombre rouge, un petit souvenir du festival.