Posts tagged: filature du valgaudemar

Le gilet rayé rayonnant: Stripes gone crazy

Mais que le temps passe vite! Nous sommes déjà en Avril et je n’ai rien écrit ici depuis mon bilan 2016… Tricotesquement tout se déroule comme prévu, les bébés naissent et je me noie sous la layette, j’essaierai de vous montrer tout ça mais avec le rythme soutenu de ces naissances, je n’ai pas toujours pu photographier correctement mes tricots avant de les offrir…

Mais aujourd’hui, j’ai terminé le gilet Stripes Gone Crazy dont je parlais en démarrant la nouvelle année. Fierté et petite danse de la joie, il est aussi beau que prévu!

tricot-crazy-stripes-001-800

J’envisage de passer ma vie de dos ou en marche arrière pour que la foule en délire puisse admirer les fameux rayons qui font toute la différence sur ce modèle… Ce motif de rayures est très agréable à tricoter mais demande tout de même d’avoir quelques compétences en tricot et surtout une connaissance du principe des rangs raccourcis. Grâce à mes posts sur Instagram, on peut voir l’évolution de la fabrication de ce gilet qui monte de façon très asymétrique.

tricot-crazy-stripes-008

WIP en images! À suivre sur Instagram pour connaitre mon quotidien de tricoteuse :)

Pour la laine, j’ai utilisé le fil Zibelin de la Filature du Valgaudemar tricoté en 3.5mm. Il me reste des écheveaux que j’avais acheté il y a trois lorsque j’ai démarré ma boutique saisonnière. C’est un fil mélangé de pure laine et polyamide (70-30%), il est un peu rustique au toucher et très résistant. Je l’ai choisi pour ce gilet car je voulais justement un vêtement un peu tout-terrain et peu fragile. Je devrais le trainer quelques belles années!

Selon mon échantillon, j’ai tricoté une taille S. Il me va bien mais on va dire qu’il est « confortable ». J’aurais presque pu pousser vers le XS pour le porter plus ajuster mais comme j’étais entre le M et le L pour les mensurations, j’ai préféré prendre le risque qu’il soit trop grand que trop petit.

Le patron du gilet créé par Atelier Alfa se trouve sur Ravelry: Stripes gone crazy.

tricot-crazy-stripes-003-800

Petite personnalisation: j’ai modifié l’encolure. Celle du modèle original est ronde et ce n’est pas ce que j’aime le plus. Cette modification en V associé au gris chiné de ma couleur dominante donne à mon gilet un petit look de Papi lorsque je le boutonne mais j’aime bien ça!

tricot-crazy-stripes-007-800

Mon astuce productivité: j’ai d’abord tricoté les manches avant de faire le corps. Je me connais, en terminant le corps en premier comme le veux l’habituelle enchainement des étapes, j’allais mettre des mois à tricoter mes manches passée l’excitation des rangs raccourcis pour former les rayures du dos. J’ai donc été plutôt rapide sur ce projet (3 mois en tricotant d’autres choses en même temps…) et je me suis beaucoup amusée.

tricot-crazy-stripes-006-800

Pour les boutons, 8 petits ronds en plastique faussement vieillis qui viennent de chez ma mercière préférée dans la ville pyrénéenne de Luchon.

 

Water and Stone, un gilet pour l’hiver

L’objet de cet article n’est pas vraiment de saison mais comme je me suis assigné la lourde tâche de finir tous mes en-cours avant de commencer quoi que ce soit d’autre, je vous présente mon dernier né: mon gilet Water and Stone.

  n°3, Le syndrome des manches à finir

Work in progress

Work in progress: Mon gilet était sur mes aiguilles depuis un mois… En parallèle du blog, suivez mon quotidien de tricoteuse sur Instagram

Démarré en trombes au mois de Mars, ce projet a gagné son appellation dans ma liste d’en-cours quand je l’ai lâchement abandonné au milieu de la première manche pour me lancer dans un nouveau pull… J’ai un peu pesté après cet excès de papillonnage car au mois d’Avril, dans les Pyrénées, j’aurais bien eut l’occasion de le porter une ou deux fois.

Je l’ai terminé il y a une dizaine de jours et photographié sous la chaleur de notre début d’été avant de le ranger dans les cartons où il attendra sagement jusqu’à l’hiver prochain.

stillvauriens-gilet-water-and-stone-004b

Cette photo est celle qui rend le plus la couleur « Garenne » du fil que j’ai utilisé. Difficile à photographier, c’est un coloris chaud et très nuancé.

Je l’ai tricoté avec en laine Sable de la Filature du Valgaudemar. Un très beau fil, très doux et surtout très chaud composé de laine mérinos et d’angora.

stillvauriens-gilet-water-and-stone-003b

J’ai beaucoup aimé suivre ce patron de Veera Välimäki (Water and Stone est disponible en anglais sur Ravelry) . La construction du démarrage par le col est plutôt amusante et la torsade asymétrique qui borde le corps est très agréable à tricoter.

stillvauriens-gilet-water-and-stone-002b

Ma version comporte de petites variante: je l’ai tricoté sans torsade dans le dos et je l’ai fait moins long que dans sa version originale ce qui m’a obligé à réduire la longueur de la bordure en côte, les grandes côtes lui (me) donnait une allure « boule » peu flatteuse.

J’ai prévu de passer mon prochain hiver au Québec, pour une seconde fois et pour de nouvelles aventures! C’est facile à prédire, mais je bien sens que je vais adorer mon gilet!

Le Knit Tag!

Le Knit Tag c’est  le tag des tricoteuses lancé par Janaelle du blog A l’Estudiantine.

J’ai été taguée par Aglaé de Mon Trico’cotier et par Emma, des Petites Choses d’Emma. Merci les filles, voilà donc mes réponses aux questions :)

1. Combien de temps passes-tu à tricoter tous les jours 

Beaucoup de temps! En ce moment sur une journée moyenne je vais faire plus ou moins 6h de tricot pur et dur mais à mon maximum j’ai pu faire jusqu’à 10h de tricot! (lors de la préparation du Festival Jazz en Cordée par exemple).

Une journée sans tricot c’est très très rare.

2. Quelle est ta laine préférée ? Pourquoi ?

Ça peut paraitre un peu snob ça mais je crois que j’ai été tellement envoutée par la Road to China de The Fibre Company (merci Ysa pour la découverte!) que je l’ai érigée comme mon must, difficile de tenir la route face à cette laine de luxe.

Sinon, je crois que ma préférée en version « tout terrain » c’est le Merinos de la Filature du Valgaudemar, de jolies couleurs et une super tenue dans le temps.

J’ai longtemps tricoté un peu tout ce qui passait, puis je me suis intéressée aux matières et j’ai observé leurs tenues dans le temps (des heures de travail pour un pull qui bouloche en une seule saison merci bien) du coup je tends de plus en plus vers les pures laines naturelles.

J’essaie aussi de faire attention à leurs provenances, une pure laine à prix cassé ce n’est pas de très bonne augure pour l’animal qui l’a porté mais ce n’est pas toujours facile de connaitre la provenance de la matière première des laines à tricoter et je trouve ça dommage.

Tricoté des fils en accord avec le rendu que je souhaite, une certaine qualité et une éthique qui me convient affirmée avec clarté, c’est un peu le Graal.

3. Avec quelles aiguilles tricotes-tu le plus souvent ? 

Des circulaires en métal la plupart du temps. J’ai aussi un kit de circulaire en acrylique Knit Pro que j’utilise beaucoup pour mes projets perso mais je les trouve un peu trop souples pour un usage intensif. Par contre, je déteste le bambou car sa texture légèrement strié me donne les mêmes frissons qu’une craie sur un tableau.

4. Actuellement, combien de pelotes compte ton stock de pelotes ?

Aucune idée mais si je dois donner une fourchette, ça doit tourner autour de la petite centaine (ne me jugez pas, on y arrive très vite!). De toute façon je vais copier sur Fille d’Hiver qui a déjà partagé ce .gif mais je le trouve tellement parfait:

5. Quelle(s) est (sont) ta (tes) marque(s) de laine préférée(s) ? Et pourquoi ?

En ce moment je suis très Filature du Valgaudemar. Parce que c’est une entreprise française déjà, parce que j’aime leurs coloris et que leurs laines sont de bonne qualité.

6. Plutôt aiguilles circulaires ou quatre aiguilles ? 

Circulaires.

7. As-tu déjà créé tes propres patrons, si oui lesquels ? 

Oui, je créé tous les patrons des produits que je vend. Tricot ou crochet, j’aime imaginer une création, la dessiner, la fabriquer et ensuite retranscrire tout ça par écrit, c’est comme un code j’adore ça!

Ensuite, pour les projets perso parfois je les créé moi-même mais je préfère en général me fier à des modèles bien pensés qui tombent bien, il y en a tellement que j’aimerais tricoter!

8. Quelle méthode liée aux arts de la laine aimerais-tu apprendre ? (crochet, filage, tissage…?)

J’aimerais bien tester le filage.

9. Quel est le pire selon toi : un fil qui se dédouble ou se rendre compte que tu as fait une erreur dans ton tricot 20 rangs plus bas ? 

L’erreur 20 rangs plus bas, il me sera impossible de la laisser et je ferai tout ce qui faut pour la réparer quitte à tout défaire. C’est mon côté Monk.

10. Avec quel(s) fil(s) tricotes-tu en ce moment ? 

Je suis en train de me faire un gilet avec le fil Sable (Merinos-Angora) de la Filature du Valgaudemar.

Et en parallèle je tricote le Mohair d’Aulon qui provient d’un élevage de chèvres angora près de chez moi.

11. Quelle marque de laine aimerais-tu tester ? 

Madelinetosh, je la vois souvent passer sur les blogs, elle a l’air magnifique.

11. Que penses-tu du tricot ?

Que du bien! Tricoter c’est donner de la valeur aux choses et au temps. Et c’est aussi ma manière à moi de m’exprimer.

À mon tour de taguer 10 personnes:

La lainière ,

Metro-Boulot-Tricot,

Ouakidou,

Perrinpimpim,

Les menues choses,

Girl on the couch,

99 moutons,

So Cheek,

Republic of wool,

Juju Tricote,

à vous, je veux tout savoir sur vos habitudes tricotesques :)

Cameo, un châle au point mousse

J’adore les châles, les foulards et les écharpes en tout genre. En plus je suis chochotte fragile de la gorge, j’attrape tout ce qui passe dès que je me trouve dans un courant d’air, donc je porte souvent quelques chose autour de mon cou, peut importe la saison.  J’ai fini tout récemment mon dernier châle et ça tombe bien car depuis deux jours je suis un peu enrhumée :s

J’ai commencé ce projet avec l’idée d’utiliser des laines que j’avais déjà mais qui dormaient au fond de mes tiroirs. Il me fallait donc un modèle qui collait avec le nombre de pelotes que j’avais à ma disposition. Ravelry et son moteur de recherche béni des tricoteuses m’a dégoté ce modèle Cameo.

La construction est toute simple avec des augmentations régulières sur un seul côté du triangle, le petit détail technique sympa se trouve dans la bordure en picot qui se monte tout au long du tricot. Pour finir la ligne de points ajourés casse un peu la routine et termine bien le châle.

Pour la laine j’ai utilisé des restes de Merino de chez Gedifra en jaune et marron chocolat. J’avais ces pelotes depuis tellement longtemps que la jaune avait été attaquée par des mites, j’ai un peu ragé en découvrant régulièrement le fil rongé jusqu’au cœur de la pelote. Une première que je ne souhaite pas réitérer, je me suis donc équipée d’anti-mite pour protéger mon stock de laine. Pour la laine turquoise, vous l’aurez peut être reconnue, ce sont les restes de mon gilet Rocky Mountains, du beau Mérinos de la Filature du Valgaudemar. Le tout est tricoté en aiguilles n°4.

*****

Aujourd’hui c’est le 1er Octobre, nous voilà bien implantés dans l’Automne! Saison des feuilles rouges, des premiers froids, des balades et des grosses envies de tricot! Je vous souhaite un bel automne et un bon tricot :)

 BONUS: La semaine dernière j’ai fait 3 jours de rando… et de tricot! Séance tricot surprise à 2880m d’altitude sur ce lien: Away we go

Gilet « Pomme de pin », souvenir des Rocky Mountains

Il est fini depuis Noël mais j’ai tellement trainé pour prendre les photos, le voilà enfin! Mon gilet Pomme de pin.

J’ai adoré le tricoter, le motif qui donne son nom au gilet se répète sur 12 rangs et c’est très agréable de le voir se former sous les aiguilles. Par rapport au patron original, j’ai modifié les manches que j’ai fait en partie sans motifs.

Cette laine à fine rayure est celle que j’ai ramené de mon passage à Vancouver dans les ateliers de SweetGeorgia. J’avais acheté un écheveau nommée River dont les couleurs représentent tellement les paysages de mon voyage dans les Montagnes Rocheuses. Je voulais absolument que cette laine soit mise en valeur au cœur d’un beau projet que je prendrais plaisir à porter. Voilà comment sont nées les manches de mon gilet Pomme de Pin.

Pour le reste du gilet, j’ai trouvé une belle laine Mérinos couleur lagon chez la Filature du Valgaudemar. Cette filature française que j’ai trouvé par hasard en faisant mes recherches est basée dans les Hautes-Alpes et propose de très belles laines aux coloris vifs comme je les aime.

Pour le patron du gilet, c’est un modèle assez populaire d’Amy Christoffers et il est en vente sur Ravelry.