Posts tagged: charlevoix

Que sont-ils devenus? #01… Les mitaines en alpaga et Brandon Walsh

« Que sont-ils devenus? »

C’est une nouvelle rubrique qui apparait aujourd’hui sur le blog et c’est ma participation au Me Made May qui m’en a donné l’idée. Sur nos blogs et les réseaux sociaux, nous montrons toujours fièrement nos tricots tout neufs, fraichement tombés des aiguilles. Il nous est plus rare de discuter de nos vieux tricots et de photographier ceux qui ont déjà roulé leur bosse. Que deviennent nos tricots après leur fabrication? Sont-ils portés quotidiennement ou relégués au fond d’une armoire? La fribre est-elle toujours soyeuse comme au premier jour ou boulochée comme un vieux tapis? Tant de réponses intéressantes et utiles pour en savoir plus sur la durabilité de nos tricots et la pertinence de nos choix de laine et de patron.

Comme j’aime bien les blagounettes et les célébrités du siècle dernier, j’ai décidé de coupler chaque tricot avec une personnalité qu’on a perdu de vue mais dont on aimerait bien aussi avoir des nouvelles. Ne cherchez pas le rapport entre les deux, il n’y en a aucun.

On démarre donc avec ce premier duo:

« Que sont-ils devenus? » Les mitaines en alpaga et Brandon Walsh

quesontilsdevenus-01

J’ai tricoté ces mitaines en Novembre 2012, c’était ma deuxième expérience de tricot jacquard et pour le fil j’avais utilisé un superbe écheveau venant des élevages d’Alpagas du Charlevoix. J’avais d’ailleurs fait un article « Tricot-Tourisme » pour parler de ces petits choupinous élevés sur les hauteurs du fleuve Saint-Laurent au Québec. C’était un tricot improvisé, mélange d’un patron gratuit et d’une grille de motif simple que j’avais dessinée.

Est-ce que je les porte?

Quatre ans plus tard c’est un tricot que je porte toujours régulièrement et surtout en randonnées à l’automne et en hiver tant qu’il ne fait pas encore trop froid. Ces mitaines me permettent de rester bien étanche à l’air au niveau des poignets tout en me laissant les mains libres. J’ai de nombreuses photos de randonnée que ce soit dans les Pyrénées ou au Québec sur lesquelles je porte toujours ces mêmes mitaines en alpagas. Les dernière fois en date, c’était il y a quelques jours lorsque nous avons profité des premières chûtes de neige dans le Charlevoix.

mitaines-alpaga-002

Pause thé chaud sur le sentier du Mont Gabrielle Roy au Québec – Octobre 2016 -

Est-ce qu’elles ont bien vieilli?

Les images parlent d’elles-même, mon tricot n’a quasiment pas bougé! La laine, un mélange alpaga-mouton est toujours très belle. J’ai eut très peu de bouloches et aucun relâchement au niveau des poignets. Les mailles se sont un peu étirées au niveau des doigts car la bordure en côtes aurait mérité quelques rangs de plus.

mitaines-alpaga-001

D’habitude j’ai souvent une réticence à porter mes plus précieux tricots dans des situations « à risque » mais je n’ai qu’un seul modèle de mitaines, j’ai surement dû les porter une fois pour voir et leur praticité s’est imposée à moi sans que je pense à m’en tricoter une autre version tout-terrain (dans une laine que j’aurais imaginé plus solide ou en tout cas moins couteuse!) Mais finalement mon alpaga n’est pas si fragile que ça, il a résisté à toutes les intempéries, les pauses casse-croûte, les appuis sur cailloux et autres rattrapages au branches.

Si c’était à refaire?

Je tricoterais une plus grande hauteur de côtes sur la bordure au niveau des doigts. Le top, ça serait même de pouvoir en faire un revers à déplier quand il fait un peu trop froid. Pour la laine aucun regret, ce tricot là est même celui qui m’a convaincu de porter d’avantage mes tricots car ils sont souvent bien plus solides que je ne le pense.

Et les alpagas du Charlevoix?

alpagas-charlevoix-001

Je suis en ce moment en vacances dans la même région du Charlevoix que j’avais traversée il y a 4 ans. Les alpagas sont toujours là, à la sortie du village des Éboulements sur la superbe route qui longe le fleuve en direction du Nord. Je n’ai pas résisté à leur petite tête mignonne, l’élevage s’est agrandi, la boutique aussi et moi je suis repartie avec un petit bout de leur toison en bobine.

alpagas-charlevoix-003

 

Et Brandon Walsh?

Jason Priestley, l’acteur canadien qui incarnait Brandon Walsh (le frère de Brenda, le petit ami de Kelly puis d’Andréa et le meilleur pote de Dylan) dans la série Beverly Hills 90210 a poursuivi une petite carrière dans des séries télé plus ou moins suivies.

Il a aussi réalisé pas mal d’épisodes de séries et de téléfilm et en 2014 (tiens donc, pendant ce temps là, moi je tricotais des mitaines en alpaga… comme par hasard…) il a réalisé son premier long métrage qui s’intitule « Cas and Dylan » (grosse originalité dans le choix du prénom d’un des persos).

En 2012 avec ses petits camarades de Berverly Hills, ils ont tourné quelques publicités pour la marque de vêtements Old Navy. Voilà celle avec Kelly, Dylan & Brandon et une autre encore plus rigolote avec Andréa & Brandon.

Les alpagas de Charlevoix

3000 km parcourus, 6 emplacements de camping investis, 3 parcs nationaux traversés, plus de 600 photos à trier… me voilà revenue de mon voyage à travers de Québec! C’était assez formidable à vrai dire. Toutes les régions traversées m’ont séduite, j’ai rencontré des gens adorables et j’ai croisé des animaux totalement exotiques à mes yeux de petite française. J’ai tricoté un peu, mais pas tant que ça. Je vais essayer de vous faire partager un peu de mon voyage dans les prochains articles.

Jour 2 – Charlevoix

Je ne tarirai pas d’éloge sur cette région formidable et verdoyante où l’on bichonne des fromages au lait non pasteurisé et où je suis sûre qu’ils tuent encore le jambon cru eux même. Mon goût pour le bon fromage à trouvé satisfaction la première fois que j’ai mangé du Fleurmier de Charlevoix et la pause pique-nique à base de sandwich de veau fumé façon smoked-meat fût l’une des meilleurs du séjour!

Mais la plus chouette rencontre en Charlevoix fut celle avec la ferme d’alpagas située à la sortie du village des Éboulements.

Des dizaines d’alpagas tous plus mignons les uns que les autres. J’ai passé mon temps à faire des mioum-mioum et autres onomatopées chelous qui caractérisent bien un trop plein de mignonitude.

En boutique, des produits en alpaga bien sûr! Des accessoires tissés ou tricotés et des écheveaux d’alpaga pur ou mélangé. Fibre non teintée, les différents coloris sont obtenus par le mélange de la toison de plusieurs bête.

J’ai acheté un écheveau d’alpaga gris souris, mélangé avec 30% de merino. Je n’ai aucune idée de ce que je vais en faire mais je le garde précieusement en attendant de trouver le modèle parfait.

Retrouver les alpagas de Charlevoix sur leur site internet: alpagascharlevoix.com. Dans la boutique en ligne vous trouverez des produits en alpaga mais malheureusement pas d’écheveaux. Pour acheter de la fibre il faut aller visiter la ferme mais ça vaut vraiment le coup d’œil.