Posts tagged: alpagas

Que sont-ils devenus? #01… Les mitaines en alpaga et Brandon Walsh

« Que sont-ils devenus? »

C’est une nouvelle rubrique qui apparait aujourd’hui sur le blog et c’est ma participation au Me Made May qui m’en a donné l’idée. Sur nos blogs et les réseaux sociaux, nous montrons toujours fièrement nos tricots tout neufs, fraichement tombés des aiguilles. Il nous est plus rare de discuter de nos vieux tricots et de photographier ceux qui ont déjà roulé leur bosse. Que deviennent nos tricots après leur fabrication? Sont-ils portés quotidiennement ou relégués au fond d’une armoire? La fribre est-elle toujours soyeuse comme au premier jour ou boulochée comme un vieux tapis? Tant de réponses intéressantes et utiles pour en savoir plus sur la durabilité de nos tricots et la pertinence de nos choix de laine et de patron.

Comme j’aime bien les blagounettes et les célébrités du siècle dernier, j’ai décidé de coupler chaque tricot avec une personnalité qu’on a perdu de vue mais dont on aimerait bien aussi avoir des nouvelles. Ne cherchez pas le rapport entre les deux, il n’y en a aucun.

On démarre donc avec ce premier duo:

« Que sont-ils devenus? » Les mitaines en alpaga et Brandon Walsh

quesontilsdevenus-01

J’ai tricoté ces mitaines en Novembre 2012, c’était ma deuxième expérience de tricot jacquard et pour le fil j’avais utilisé un superbe écheveau venant des élevages d’Alpagas du Charlevoix. J’avais d’ailleurs fait un article « Tricot-Tourisme » pour parler de ces petits choupinous élevés sur les hauteurs du fleuve Saint-Laurent au Québec. C’était un tricot improvisé, mélange d’un patron gratuit et d’une grille de motif simple que j’avais dessinée.

Est-ce que je les porte?

Quatre ans plus tard c’est un tricot que je porte toujours régulièrement et surtout en randonnées à l’automne et en hiver tant qu’il ne fait pas encore trop froid. Ces mitaines me permettent de rester bien étanche à l’air au niveau des poignets tout en me laissant les mains libres. J’ai de nombreuses photos de randonnée que ce soit dans les Pyrénées ou au Québec sur lesquelles je porte toujours ces mêmes mitaines en alpagas. Les dernière fois en date, c’était il y a quelques jours lorsque nous avons profité des premières chûtes de neige dans le Charlevoix.

mitaines-alpaga-002

Pause thé chaud sur le sentier du Mont Gabrielle Roy au Québec – Octobre 2016 -

Est-ce qu’elles ont bien vieilli?

Les images parlent d’elles-même, mon tricot n’a quasiment pas bougé! La laine, un mélange alpaga-mouton est toujours très belle. J’ai eut très peu de bouloches et aucun relâchement au niveau des poignets. Les mailles se sont un peu étirées au niveau des doigts car la bordure en côtes aurait mérité quelques rangs de plus.

mitaines-alpaga-001

D’habitude j’ai souvent une réticence à porter mes plus précieux tricots dans des situations « à risque » mais je n’ai qu’un seul modèle de mitaines, j’ai surement dû les porter une fois pour voir et leur praticité s’est imposée à moi sans que je pense à m’en tricoter une autre version tout-terrain (dans une laine que j’aurais imaginé plus solide ou en tout cas moins couteuse!) Mais finalement mon alpaga n’est pas si fragile que ça, il a résisté à toutes les intempéries, les pauses casse-croûte, les appuis sur cailloux et autres rattrapages au branches.

Si c’était à refaire?

Je tricoterais une plus grande hauteur de côtes sur la bordure au niveau des doigts. Le top, ça serait même de pouvoir en faire un revers à déplier quand il fait un peu trop froid. Pour la laine aucun regret, ce tricot là est même celui qui m’a convaincu de porter d’avantage mes tricots car ils sont souvent bien plus solides que je ne le pense.

Et les alpagas du Charlevoix?

alpagas-charlevoix-001

Je suis en ce moment en vacances dans la même région du Charlevoix que j’avais traversée il y a 4 ans. Les alpagas sont toujours là, à la sortie du village des Éboulements sur la superbe route qui longe le fleuve en direction du Nord. Je n’ai pas résisté à leur petite tête mignonne, l’élevage s’est agrandi, la boutique aussi et moi je suis repartie avec un petit bout de leur toison en bobine.

alpagas-charlevoix-003

 

Et Brandon Walsh?

Jason Priestley, l’acteur canadien qui incarnait Brandon Walsh (le frère de Brenda, le petit ami de Kelly puis d’Andréa et le meilleur pote de Dylan) dans la série Beverly Hills 90210 a poursuivi une petite carrière dans des séries télé plus ou moins suivies.

Il a aussi réalisé pas mal d’épisodes de séries et de téléfilm et en 2014 (tiens donc, pendant ce temps là, moi je tricotais des mitaines en alpaga… comme par hasard…) il a réalisé son premier long métrage qui s’intitule « Cas and Dylan » (grosse originalité dans le choix du prénom d’un des persos).

En 2012 avec ses petits camarades de Berverly Hills, ils ont tourné quelques publicités pour la marque de vêtements Old Navy. Voilà celle avec Kelly, Dylan & Brandon et une autre encore plus rigolote avec Andréa & Brandon.

Mes festivals tricot de l’été #02

Voir aussi <<< #01 Le Lot et la Laine, Juillet 2015

**********

*** #02 Festival Twist, Août 2015 ***

J’avais abordé le sujet dans les articles précédents, me voilà revenue au Québec depuis la fin du mois de Juillet! Nouveau séjour en terres canadiennes, nouvelle adresse à Montréal, durée indéterminée, la vie est une aventure…

Et ce weekend, je suis allée au Festival Twist!

twist-flyer

Situé à 1h30 de Montréal en direction d’Ottawa, le festival Twist présentait cette année sa 4ème édition. J’y suis allée avec une copine du groupe de tricot que je fréquente (groupe que j’ai retrouvé avec bonheur à mon retour ici ♥) et une de ses amies.

J’avais hâte de découvrir un festival d’Amérique du Nord, où le tricot est culturellement plus répandu et démocratisé depuis plus longtemps qu’en Europe. Quoi dire à part que c’était génial! J’ai passé la journée avec les yeux pétillants, étourdie par les 134 exposants présents.

stillvauriens-twist-002

Coucou les potes alpagas fraichement tondus!

Il y avait énormément de fibres à filer et également un imposant stand Ashford, le célèbre fabriquant de rouets néozélandais, avec des démonstrations de rouets et de métiers à tisser. Je ne file pas, mais à force de croiser des fuseaux et des fileuses à chaque festival, ça me titille et je crois que je vais finir par tester!

stillvauriens-twist-001

J’ai pu découvrir et toucher des fibres de provenances surprenantes, comme du lait, du soja, de l’algue ou même de l’acier. Il y avait de jolis stands de revendeurs comme celui de La Maison Tricotée basée à Montréal ou de Pompon Laine Café situé à Trois-Rivières qui donnaient envie de leur rendre visite à domicile. Il y avait des stands d’éleveurs, de créateurs, designers, fabricants et teinturiers à ne plus savoir où donner de la tête. L’ambiance était hyper chaleureuse, débordante de passion et d’enthousiasme.

twist-butin

Côté butin, je suis restée assez sage encore une fois. Avec mon récent déménagement transatlantique, le budget tricot n’est malheureusement pas au cœur des priorités. Mais j’ai quand même trouver mon petit bonheur avec deux écheveaux Gateway Fibreworks de laine d’alpagas élevés en Ontario, le gris en coloris naturel et le jaune pioché dans leur gamme teinte à la main EmilyBlueThumb. J’ai également craqué pour un écheveau de laine teinte à la main de chez Sweet Paprika et deux beaux boutons en bois de récupération chez Créations Mirdi.

stillvauriens-twist-003

En bonne touriste épicurienne, j’ai aussi grandement apprécié le chapiteau de la foire gourmande. J’y ai déjeuné un savoureux smoked meat de bison et une barbapapa au sirop d’érable!

J’ai fait beaucoup de découvertes pendant ce festival et voilà ma petite sélection de coups de cœur:

Violette Yarn Co., des couleurs superbes et nuancées. J’ai failli craquer pour une grosse laine grise magnifique mais sans projet fiable à y associer j’ai préféré m’abstenir mais garder précieusement ce nom en tête…

Julie Asselin, j’ai enfin pu voir en vrai les jolis laines de Julie Asselin dont je suis depuis quelques temps le parcours sur internet. On en trouve à Montréal et j’ai hâte de la tester sur mes aiguilles.

Roving Winds Farm, j’ai touché un écheveau de laine de chèvre cachemire et je crois que je ne vais pas m’en remettre. C’était incroyablement doux! Cette ferme d’élevage est située en Ontario.

Le Lot et la Laine 2013

Ce weekend avait lieu la deuxième édition du festival le Lot et la Laine à Sauliac sur Célé. Il y a deux ans, j’étais déjà allée à leur première édition. Cette année j’y suis retournée avec deux de mes copines, pour profiter ensemble de cet événement.

Le site du château de Cuzal où se déroule le festival est à deux heures de Toulouse. Départ au matin et équipées pour les lourdes chaleurs du lot: tenues légères, lunettes et crème solaire. En sortant le l’autoroute A20 à hauteur de Cahors, la route jusqu’à Sauliac est magnifique et rien que pour profiter des vallées du Lot et du Célé, je vous conseille le détour!

Sur le site du festival une soixantaine d’exposants. Élevage, production, filage, feutrage, teinture, création… toutes les étapes du mouton à mes aiguilles sont représentées ici. C’est dans une bonne ambiance et sur un site agréable que nous avons passé près de 5h à voguer de stand en stand, entre shopping, atelier et petites pauses sous les arbres.

La superbe fromagerie de Citronelle-Eglantine

La laine peignée de Maco Marinos: du nuage en sac!

Parmi mes chouchous de la journée: les couleurs éclatantes des teintures naturelles des laines de Renaissance Dyeing ; les alpagas du Quercy trop craquants et le super look des Suris de France ; les créations hyper-réalistes de Citronelle-Eglantine ; les magnifiques ouvrages d’expo du stand de Chat Pelote et Cie ainsi que leur accueil chaleureux!

Voilà enfin le butin de la journée!

Pour Sophie, deux superbes écheveaux de chez Renaissance Dyeing. Un sachet de laine d’alpagas de Sologne pour Émilie qui a aussi eut la chance de gagner une belle boite à laine en bois au jeu concours des Instants de Louise!

Quand à moi, j’ai aussi craqué pour trois pelotes de laine d’alpagas de Sologne, le kit Spectra Trenz de chez Knit Pro avec ses aiguilles en acrylique translucide super colorées (hiiii!) que j’ai achetées chez Chat Pelote et Cie et de quoi faire mes débuts de teinturière grâce au kit Greener Shades de Maco Merinos et deux de leurs écheveaux naturels.

Nous avons également toutes les trois participé à l’atelier teinture de Maco Merinos, mais je vous raconterai tout ça en images dans le prochain article :)