Category: Reportages Tricot-Tourisme

Mes découvertes de l’Été #01… au Lot et la Laine

Cet été sur le blog…

Oui, je sais!… Nous voilà déjà en Automne et je n’ai rien posté depuis trois mois! Après un été un peu rapide, un peu fatiguant mais tout de même rempli, je suis de retour au clavier. Et ça tombe bien, j’ai récemment terminé plusieurs ouvrages et j’ai donc plein de choses à vous montrer ici!

Mais avant ça, un petit retour sur les festivals de cet Été 2017:

#01 – Le lot et la Laine, 4ème édition

Ce fût encore une fois une réussite! De beaux exposants, des retrouvailles entre copines tricoteuses, des découvertes laineuses… le tout dans les beaux paysages du Lot. Un weekend parfait ♥

lotetlalaine-2017-001   lotetlalaine-2017-002

Mes trois coups de cœurs du festival:

À l’image de sa créatrice certainement, je trouve qu’il y a une vraie personnalité dans la gamme de couleurs des fils proposés. J’ai aimé ses couleurs soutenues et ses contrastes.

lotetlalaine-2017-005

Passé l’euphorie du moment et après avoir chanté du Johnny à tue-tête (no comment… certaines sauront de quoi je parle), j’ai enfin réussi à faire un choix. J’ai pris trois écheveaux de laine mérinos de provenance française teinte en bleu-nuit et parsemée de petites touches blanches. Une couleur bien nommés « Retiens la nuit » (ceci expliquant certainement la situation évoquée plus haut). Je suis ravie de mon acquisition et échantillon fait, je me vois bien en tricoter un petit gilet Vitamin D étoilé.

purple-laine-stillvauriens*****

Petite pause poétique et naturelle sur le stand Color of the Moon. Je suis toujours impressionnée par la palette de couleurs qui peuvent être réalisées avec la teinture végétale. En prime ici, les fils utilisés proviennent de fermes qui respectent leurs animaux et c’est marqué! La traçabilité des fils à tricoter est souvent difficile, à moins de s’adresser à un éleveur en vente directe, il n’est pas toujours évident de pouvoir remonter jusqu’à la provenance des fils et plus encore jusqu’au conditions d’élevage. De beaux fils jusqu’au cœur de leur fibre!

Colorofthemoon-stillvauriens

J’ai craqué pour un lot de petits écheveaux que je pense tricoter en insertions colorées dans un grand châle sur une base non teinte. J’ai mon modèle bien en tête, reste plus qu’à trouver le fil de base parfait pour accompagner ces petites merveilles.

DSCN0017*****

Je brise le suspens d’entrée de jeu, je me suis arrêtée là pour les dépenses! Mais je suis tombée complètement amoureuse des fils de la Pelote Vagabonde. Des fibres incroyables (laine, soie, cachemire… entre autres) et des teintures très nuancées. Si j’avais eut un budget et une idée de projet bien précise, j’aurais forcément embarqué quelques écheveaux d’un mélange de soie et bébé chameau dans le coloris si bien nommé « Bisounours cosmique », une merveille! (voilà, il est ici, en rupture de stock pour me faire une raison). Je me contente pour l’instant de suivre le site et les réseaux sociaux d’un œil en attendant de bon moment et le bon projet.

lotetlalaine-2017-004   lotetlalaine-2017-003

Voilà pour cette année, il y avait bien sûr une quantité d’autres fabuleux stands dont certains habitués que l’on a toujours plaisir à revoir à chaque édition. Là, tout de suite, je repense à Anisbee, les laines (Vi)laines, Instant de Louise, Renaissance Dyeing… Encore merci à l’équipe du Lot et la Laine et à tous les exposants pour ce bel événement!

lotetlalaine-006

Mes articles des éditions précédentes:
Le Lot et la Laine 2015
Atelier de teinture au Lot et la Laine
Le Lot et la Laine 2013

Que sont-ils devenus? #01… Les mitaines en alpaga et Brandon Walsh

« Que sont-ils devenus? »

C’est une nouvelle rubrique qui apparait aujourd’hui sur le blog et c’est ma participation au Me Made May qui m’en a donné l’idée. Sur nos blogs et les réseaux sociaux, nous montrons toujours fièrement nos tricots tout neufs, fraichement tombés des aiguilles. Il nous est plus rare de discuter de nos vieux tricots et de photographier ceux qui ont déjà roulé leur bosse. Que deviennent nos tricots après leur fabrication? Sont-ils portés quotidiennement ou relégués au fond d’une armoire? La fribre est-elle toujours soyeuse comme au premier jour ou boulochée comme un vieux tapis? Tant de réponses intéressantes et utiles pour en savoir plus sur la durabilité de nos tricots et la pertinence de nos choix de laine et de patron.

Comme j’aime bien les blagounettes et les célébrités du siècle dernier, j’ai décidé de coupler chaque tricot avec une personnalité qu’on a perdu de vue mais dont on aimerait bien aussi avoir des nouvelles. Ne cherchez pas le rapport entre les deux, il n’y en a aucun.

On démarre donc avec ce premier duo:

« Que sont-ils devenus? » Les mitaines en alpaga et Brandon Walsh

quesontilsdevenus-01

J’ai tricoté ces mitaines en Novembre 2012, c’était ma deuxième expérience de tricot jacquard et pour le fil j’avais utilisé un superbe écheveau venant des élevages d’Alpagas du Charlevoix. J’avais d’ailleurs fait un article « Tricot-Tourisme » pour parler de ces petits choupinous élevés sur les hauteurs du fleuve Saint-Laurent au Québec. C’était un tricot improvisé, mélange d’un patron gratuit et d’une grille de motif simple que j’avais dessinée.

Est-ce que je les porte?

Quatre ans plus tard c’est un tricot que je porte toujours régulièrement et surtout en randonnées à l’automne et en hiver tant qu’il ne fait pas encore trop froid. Ces mitaines me permettent de rester bien étanche à l’air au niveau des poignets tout en me laissant les mains libres. J’ai de nombreuses photos de randonnée que ce soit dans les Pyrénées ou au Québec sur lesquelles je porte toujours ces mêmes mitaines en alpagas. Les dernière fois en date, c’était il y a quelques jours lorsque nous avons profité des premières chûtes de neige dans le Charlevoix.

mitaines-alpaga-002

Pause thé chaud sur le sentier du Mont Gabrielle Roy au Québec – Octobre 2016 -

Est-ce qu’elles ont bien vieilli?

Les images parlent d’elles-même, mon tricot n’a quasiment pas bougé! La laine, un mélange alpaga-mouton est toujours très belle. J’ai eut très peu de bouloches et aucun relâchement au niveau des poignets. Les mailles se sont un peu étirées au niveau des doigts car la bordure en côtes aurait mérité quelques rangs de plus.

mitaines-alpaga-001

D’habitude j’ai souvent une réticence à porter mes plus précieux tricots dans des situations « à risque » mais je n’ai qu’un seul modèle de mitaines, j’ai surement dû les porter une fois pour voir et leur praticité s’est imposée à moi sans que je pense à m’en tricoter une autre version tout-terrain (dans une laine que j’aurais imaginé plus solide ou en tout cas moins couteuse!) Mais finalement mon alpaga n’est pas si fragile que ça, il a résisté à toutes les intempéries, les pauses casse-croûte, les appuis sur cailloux et autres rattrapages au branches.

Si c’était à refaire?

Je tricoterais une plus grande hauteur de côtes sur la bordure au niveau des doigts. Le top, ça serait même de pouvoir en faire un revers à déplier quand il fait un peu trop froid. Pour la laine aucun regret, ce tricot là est même celui qui m’a convaincu de porter d’avantage mes tricots car ils sont souvent bien plus solides que je ne le pense.

Et les alpagas du Charlevoix?

alpagas-charlevoix-001

Je suis en ce moment en vacances dans la même région du Charlevoix que j’avais traversée il y a 4 ans. Les alpagas sont toujours là, à la sortie du village des Éboulements sur la superbe route qui longe le fleuve en direction du Nord. Je n’ai pas résisté à leur petite tête mignonne, l’élevage s’est agrandi, la boutique aussi et moi je suis repartie avec un petit bout de leur toison en bobine.

alpagas-charlevoix-003

 

Et Brandon Walsh?

Jason Priestley, l’acteur canadien qui incarnait Brandon Walsh (le frère de Brenda, le petit ami de Kelly puis d’Andréa et le meilleur pote de Dylan) dans la série Beverly Hills 90210 a poursuivi une petite carrière dans des séries télé plus ou moins suivies.

Il a aussi réalisé pas mal d’épisodes de séries et de téléfilm et en 2014 (tiens donc, pendant ce temps là, moi je tricotais des mitaines en alpaga… comme par hasard…) il a réalisé son premier long métrage qui s’intitule « Cas and Dylan » (grosse originalité dans le choix du prénom d’un des persos).

En 2012 avec ses petits camarades de Berverly Hills, ils ont tourné quelques publicités pour la marque de vêtements Old Navy. Voilà celle avec Kelly, Dylan & Brandon et une autre encore plus rigolote avec Andréa & Brandon.

Mes festivals tricot de l’été #02

Voir aussi <<< #01 Le Lot et la Laine, Juillet 2015

**********

*** #02 Festival Twist, Août 2015 ***

J’avais abordé le sujet dans les articles précédents, me voilà revenue au Québec depuis la fin du mois de Juillet! Nouveau séjour en terres canadiennes, nouvelle adresse à Montréal, durée indéterminée, la vie est une aventure…

Et ce weekend, je suis allée au Festival Twist!

twist-flyer

Situé à 1h30 de Montréal en direction d’Ottawa, le festival Twist présentait cette année sa 4ème édition. J’y suis allée avec une copine du groupe de tricot que je fréquente (groupe que j’ai retrouvé avec bonheur à mon retour ici ♥) et une de ses amies.

J’avais hâte de découvrir un festival d’Amérique du Nord, où le tricot est culturellement plus répandu et démocratisé depuis plus longtemps qu’en Europe. Quoi dire à part que c’était génial! J’ai passé la journée avec les yeux pétillants, étourdie par les 134 exposants présents.

stillvauriens-twist-002

Coucou les potes alpagas fraichement tondus!

Il y avait énormément de fibres à filer et également un imposant stand Ashford, le célèbre fabriquant de rouets néozélandais, avec des démonstrations de rouets et de métiers à tisser. Je ne file pas, mais à force de croiser des fuseaux et des fileuses à chaque festival, ça me titille et je crois que je vais finir par tester!

stillvauriens-twist-001

J’ai pu découvrir et toucher des fibres de provenances surprenantes, comme du lait, du soja, de l’algue ou même de l’acier. Il y avait de jolis stands de revendeurs comme celui de La Maison Tricotée basée à Montréal ou de Pompon Laine Café situé à Trois-Rivières qui donnaient envie de leur rendre visite à domicile. Il y avait des stands d’éleveurs, de créateurs, designers, fabricants et teinturiers à ne plus savoir où donner de la tête. L’ambiance était hyper chaleureuse, débordante de passion et d’enthousiasme.

twist-butin

Côté butin, je suis restée assez sage encore une fois. Avec mon récent déménagement transatlantique, le budget tricot n’est malheureusement pas au cœur des priorités. Mais j’ai quand même trouver mon petit bonheur avec deux écheveaux Gateway Fibreworks de laine d’alpagas élevés en Ontario, le gris en coloris naturel et le jaune pioché dans leur gamme teinte à la main EmilyBlueThumb. J’ai également craqué pour un écheveau de laine teinte à la main de chez Sweet Paprika et deux beaux boutons en bois de récupération chez Créations Mirdi.

stillvauriens-twist-003

En bonne touriste épicurienne, j’ai aussi grandement apprécié le chapiteau de la foire gourmande. J’y ai déjeuné un savoureux smoked meat de bison et une barbapapa au sirop d’érable!

J’ai fait beaucoup de découvertes pendant ce festival et voilà ma petite sélection de coups de cœur:

Violette Yarn Co., des couleurs superbes et nuancées. J’ai failli craquer pour une grosse laine grise magnifique mais sans projet fiable à y associer j’ai préféré m’abstenir mais garder précieusement ce nom en tête…

Julie Asselin, j’ai enfin pu voir en vrai les jolis laines de Julie Asselin dont je suis depuis quelques temps le parcours sur internet. On en trouve à Montréal et j’ai hâte de la tester sur mes aiguilles.

Roving Winds Farm, j’ai touché un écheveau de laine de chèvre cachemire et je crois que je ne vais pas m’en remettre. C’était incroyablement doux! Cette ferme d’élevage est située en Ontario.

Mes festivals tricot de l’été #01

Après presque deux mois de silence sur le blog et un été bien rempli, j’ai pas mal de choses à raconter. Je m’excuse par avance du peu de photos et de leur faible qualité mais j’ai des soucis d’appareil photo et mon téléphone pour unique compagnon depuis quelques semaines. J’ai finalement divisé le récit de mes festivals d’été en deux articles un peu brouillons mais qui, je l’espère, répondront tout de même à la curiosité laineuse de certaines! ;)

*** #01 Le Lot et la Laine, Juillet 2015 ***

Au mois de Juillet, je suis allée au désormais célèbre festival Le Lot et la Laine.

lelotetlalaine2015

C’était leur 3ème édition et aussi ma 3ème visite pour l’occasion dans cette belle région. J’y suis allée avec une amie qui tricote elle aussi, nous avons autant apprécié notre journée de festival que le déroulement de notre mini-weekend entre copines.

lelotetlalaine2015-01

Sortir de la toile de tente au matin et piquer une tête dans le Lot… pas mal pour bien commencer la journée.

Sur le site du musée de Cuzals, où se déroule le festival, règne une ambiance toujours aussi agréable. Beaucoup de fileuses, de nouvelles laines aux couleurs lumineuses, des retrouvailles de marques découvertes ici déjà il y a deux ans et des copines tricoteuses qu’on croise avec bonheur au hasard du parc.

Cette année, pour pimenter notre chaude journée, nous nous étions inscrites à des ateliers. Mon amie avait choisi l’atelier Coutures et Finitions avec Fée des Mailles, elle y a appris beaucoup de choses et je l’ai récupérée ravie. Quant à moi j’ai passé un excellent moment avec un petit groupe de participantes super sympas sous la houlette de Confiture à la mûre qui nous a animé un atelier Crochet tunisien. La pratique en elle-même m’a beaucoup plu et j’adore le rendu. Je regrette un peu de ne pas avoir eut de support de cours sur lequel m’appuyer une fois de retour chez moi. Après quelques semaines de vadrouille et de retour au tricot, j’ai un peu de mal à retrouver toutes les techniques abordées en cours lorsque je reprends le crochet. Mais je vais essayer de me trouver un livre sympa pour poursuivre mon apprentissage. Je vous montrerai ça!

lotetlalaine-butin

Côté butin, j’ai été très raisonnable. J’ai craqué pour un châle des Instants de Louise vendu en kit avec une pelote laine et soie (Vi)laines. Mon châle Lemna est démarré depuis un mois et se présente très bien.

Mes découvertes coups de cœur:

Myrobolan, gros coup de cœur pour la douceur des coloris de ces laines obtenus par teinture végétale. J’ai beaucoup aimé ce stand partagé avec Létoké, leur colaboration cohérente donne naissance à de jolis kits très travaillés.

♥ Renaissance Dyeing, ce n’est pas vraiment une découverte de cette année mais je suis toujours émerveillée par ses gammes de couleurs obtenues avec des colorants naturels. J’ai aidé une copine tricoteuse à sélectionner une douzaine de minis écheveaux pour un projet de châle, c’était un pur bonheur de piocher dans toutes ces couleurs.

**********

 La suite >>>  #02 Festival Twist, Août 2015

Tricot et point de brioche à Berlin

Retour à la maison après une semaine de colonie de vacances! Berlin c’était trop cool, c’était froid, c’était les copains, la bière et les feuilles d’Automne.

Pour l’occasion j’avais emporté dans mes bagages un petit projet de tricot tout chaud. Un col au point de brioche selon le patron du Newsprint Cowl que j’avais déjà tricoté (et traduit en français) il y a deux ans.

J’avais fini le col avant de partir mais comme il me restait un peu de laine, je lui ai fait un petit bonnet assortit que j’ai tricoté dans l’avion. Si l’ensemble fonctionne bien, le bonnet tout seul est pas extraordinaire. J’ai manqué de laine sur la fin ce qui me vaut de porter, fièrement malgré tout, un mini-bonnet-kougloff un peu chelou.

Pour la laine, l’ensemble est tricoté en Trappeur de chez Plassard et aiguilles n°6. Les coloris de cette gamme sont vraiment chouettes et la laine toute douce pour un mélange acrylique, laine, alpaga plutôt réussi et légèrement poilu.

Quant au point brioche, le rendu bicolore est toujours aussi joli. Pour le patron et les explications, c’est par ici: Newsprint Cowl (en français)

Maintenant Parlons tourisme, pendant ma semaine j’ai arpenté la ville à la recherche des plus jolies boutiques de laine. Berlin est une ville DIY et ça se voit: Yarnbombing dans les rues, tricot et laine feutrée en vitrine, ateliers tricot, cafés couture, etc… Je ne vous ferai pas la liste des boutiques de la ville mais je vous partage mon coup de cœur pour « Handmade Berlin » située dans le quartier de Mitte. C’est un café qui vend aussi de laine ou une boutique de laine qui sert aussi le café. C’est un bel endroit vitré qui donne sur un petit parc et leur sélection de laine est à tomber. Je n’ai rien acheté par manque de budget et de projet lié aux laines que j’ai vu mais j’y retournerai sans faute à ma prochaine visite pour m’offrir un peu de belle laine japonaise ITO ou un écheveau de Shetland…

Handmade Berlin & Les galets feutrés de Fivetimesone

Friedrichshain en Automne & Le Jardin Botanique de Berlin

La Filature de Sarrancolin

Aujourd’hui, je suis heureuse de vous faire découvrir la Filature de Sarrancolin en Haute-Pyrénées.

La filature est située en Vallée d’Aure, sur la route de Saint-Lary. Lorsque vous arrivez au centre du village de Sarrancolin depuis l’A64, prenez à gauche le long de la rivière pour vous rendre à la filature par les petites ruelles médiévales. Je vous conseille même de le faire à pied tant les petites maisons à colombages sont inattendues et insoupçonnables lorsqu’on traverse le village par la route principale.

En arrivant à la filature, vous serez surement accueillis par les aboiements sonores de Lilou une chienne Montagne des Pyrénées aussi appelé Patou… ça vous rappelle quelques chose?

La filature vient de rouvrir ses portes. Fermée depuis plus de deux ans suite à un incendie, on peut de nouveau la visiter pour en apprendre un peu plus sur la transformation de la laine, du mouton jusqu’à nos aiguilles.

La visite nous fait voyager dans l’histoire depuis les machines d’époque utilisées dès la création de la filature jusqu’au machines électriques qui fonctionnaient encore il y a peu de temps… Le nettoyage et le tri des toisons se fait à la main. Quand au lavage, il s’effectue grâce à l’eau de la Neste.

Endommagées par l’incendie, les machines ne sont toujours pas en état de fonctionner pour l’instant mais Chantal, qui a repris l’entreprise familiale il y a 10 ans, espère bien les faire tourner de nouveau dans un futur proche. En attendant, il reste encore quelques stocks de la laine naturelle filée par ses soins.

Edit: depuis quelques années vous ne trouverez désormais plus de laine pyrénéenne à la filature de Sarrancolin mais vous pourrez vous procurer des écheveaux de laine naturelle française filée dans la Creuse.

 

Le site de la Filature: www.lafilaturelaine.com/

Mouton, patou des pyrénées, teinture et temps libre.

Je ne vous cache pas que ma participation au festival Jazz en Cordée, m’a demandé beaucoup de travail ces derniers mois. C’était productif, intéressant, riche et intense mais après ça, j’avais bien envie de décompresser un peu. En route donc pour l’accueillant foyer parental et la douceur de vivre du Limousin…

Il y a déjà deux ans, nous avions offert à ma mère un stage de filage. Après trois semaines d’initiation et de pratique, elle est tombée sous le charme du filage et du travail au rouet. Par ce stage, elle a également rencontrée Bente, sa professeure, qui file et tricote toute sorte de fibres naturelles dans son atelier de Blond en Haute-Vienne. Bente est toujours en quête de nouvelle fibre à filer, mouton, alpaga, chèvre et pourquoi pas du chien lorsque le poil s’y prête. Quand mes parents lui ont parlé de notre patou, elle fut tout de suite partante pour tester!

Je vous présente donc le Patou, chien de montagne des Pyrénées au pelage immaculé. Chien de berger, il est utilisé depuis des siècles pour la protection des troupeaux face aux attaques de prédateurs. Élevé dès son plus jeune âge au cœur du troupeau, il se considère ensuite comme l’un des leurs et pourrait presque passer inaperçu couché au milieu de ses sœurs brebis. Son pelage est très dense. Sous les longs poils en surface se cache une toison épaisse et serrée, proche de la laine. Un brossage de printemps a suffit pour fournir de quoi filer une douzaine d’écheveaux d’une trentaine de grammes. La fibre obtenue est très douce et pelucheuse.

Au premier plan la laine de patou filée par Bente. En arrière plan la laine de mouton filée par ma mère lors de son stage.

Nous avons gardé cette laine depuis deux ans, sans trop oser y toucher. La semaine dernière, nous avons enfin relevé nos manches pour teindre tout ça. Comme la quantité de laine n’est pas énorme et proportionnée en petits écheveaux, ma mère à décidé de tricoter un joli coussin rayé. Pour le fun et tant qu’on y est, on a décidé de teindre également un de ses écheveau de mouton. Il nous fallait donc 4 teintures, autant de bains de lavage, rinçage et quelques heures de séchage…

En fin de séjour, voilà le bilan de nos teintures: un jaune pâle, un marron ocre, un orange vif, un vert amande (laine de mouton) et un écheveau naturel dont le blanc est ressorti immaculé après deux bons lavages.

Laine de patou après teinture.

Laine de mouton après teinture.

Laine de patou après mise en pelote.

Je pratique la teinture depuis la fin de l’année dernière. Pour l’instant j’utilise les produits éco-responsables de chez Greener Shades que j’ai acheté chez Maco Merinos. J’ai découvert cette gamme grâce à l’atelier initiation de Maco Mérinos au dernier festival du Lot et la Laine dont je vous ai comté l’aventure ici: Mon premier atelier teinture: du fun et un dégat.

Avec les couleurs produites pour tricoter ma collection Melodic Stitch et celles que nous venons de faire, j’en suis à une douzaine de teintures réalisées. C’est encore un début mais j’adore m’essayer à cette toute nouvelle pratique que je trouve passionnante.

Pour le tricot de ces jolies fibres naturelles et fraichement colorées, je passe la main à ma mère… Bon tricot maman!

Pour en savoir plus sur le filage en Haute-Vienne, vous trouverez les coordonnées de Bente sur le site du réseau laine-limousin (cf en pied de page) :)

Salon des loisirs créatifs à Toulouse

La semaine dernière avait lieu comme chaque année, le salon des loisirs créatifs de Toulouse. Alors que je passais le weekend chez ma copine Marie, nous avons décidé d’aller s’y balader Dimanche en embarquant au passage une de mes amies tricoteuse. Ce fût une chouette journée, j’ai été très raisonnable côté dépenses (je n’ai même pas acheté de laine!) mais j’ai vu de bien jolies choses. Il y avait beaucoup de stands de scrapbooking, énormément de coupons de tissus tous plus beaux les uns que les autres et pas mal de stands et d’animations de cuisine. Trop peu de laine à mon goût, mais ma dernière fête du genre étant le festival du lot & la laine, j’avais sans doute mis la barre de mes attentes un peu haute.

Voilà quand même mon petit butin du salon:

♥ Deux jolis bouquins: des flocons en crochet et un dictionnaire de points au tricot. En ce moment, j’étoffe un peu ma bibliothèque avec ce genre d’encyclopédie. A force d’avoir des exemples de points éparpillés dans mes patrons, mes vieux catalogues et mes marques-pages web, je m’y perds un peu.

♥ Des cartes de stickers trop mignons, achetés sur le stand de Ma jolie papeterie. D’ailleurs ils ouvrent à la fin du mois une boutique physique à Toulouse, rue Raymond IV. Youpi! \o/

♥ Un coupon de tissus formidable, mais j’ai oublié de noter le stand où je l’ai trouvé :(

♥  Un badge scarabée au Comptoir des fleurettes

J’ai aussi acheté un épluche-tomate mais je ne pense pas que ça vous intéresse tant que ça…

Pour voir de belles photos du salon et vous donner envie de venir à Toulouse l’année prochaine, aller faire un tour sur le blog de Marie pour voir son reportage: Beyondzewords.

Le mohair d’Aulon en Pyrénées

L’été certains disent qu’il fait trop chaud pour tricoter… ce n’est pas mon cas! J’ai en ce moment trois projets en cours et je profite du calme estival pour enchainer les rangs comme jamais. Le trafic web étant inversement proportionnel à celui des autoroutes en cette saison, je garde tous ces ouvrages secrets  pour l’instant et je vous dévoilerai ça à la rentrée quand on déballera nos cartables tout neufs. En attendant, je vous emmène faire un peu de tricot-tourisme dans les Pyrénées!

Le mohair d’Aulon en Pyrénées…

Vendredi dernier, j’ai embarqué ma copine Marylène à la découverte d’un élevage de chèvres angora que j’avais repéré dans la vallée voisine. Une heure de route et un col de montagne plus tard, nous arrivions au petit village d’Aulon dans les Hautes-Pyrénées.

Bonne surprise, alors que nous venions uniquement pour la chèvrerie, nous découvrons un village en plein effervescence à l’occasion du Festival Nature. Producteurs locaux, animations, nous avons pu en profiter pour faire un autre shopping que celui pour lequel nous avions fait le déplacement. Tisanes, fromages, miel et pain d’épices, j’avoue qu’on est revenue avec de bonnes provisions! Mais nous n’avons pas oublié notre but premier, nous laissant guidées par les animations du jour, nous sommes montées en hauteur du village pour visiter notre chèvrerie.

Je n’avais encore jamais vu de chèvre angora en vrai, cette rencontre fut un vrai coup de cœur. Elles sont tellement mignonnes avec leurs bouclettes et leur air un peu stone. Je les place facilement au sommet de ma liste des animaux les plus funky, regardez-moi ça:

Et je ne parle pas de la douceur de leur toison… Christiane, l’éleveuse et propriétaire des lieux a dans son atelier une photo où elle se vautre littéralement dans un tas de laine mohair, c’est exactement ce qu’on rêve de faire lorsqu’on touche cette matière incroyable!

Après vingt bonnes minutes à bêtifier devant le fort potentiel attractif de nos nouvelles copines beaucoup trop choupi, nous avons visité l’atelier de l’exploitation. Il y avait du monde en ce jour de festivité mais grâce aux nombreux panneaux explicatifs et aux infos glanées en laissant trainer nos oreilles nous en avons appris un peu plus sur la fabrication du mohair.

Les mâles fraichement tondus. Admirez la classe du bouc angora.

Récupéré, filé, teint et transformé par des artisans spécifiques, le mohair reviens à Aulon sous forme de fils à tricoter, d’écharpes tissées ou de chaussettes. La vente des produits du mohair d’Aulon se fait directement à l’exploitation pendant la saison d’été, sur le marché de St Lary jusqu’en Septembre et via le site internet tout au long de l’année.

J’ai évidement craqué pour quelques grammes de douceur. J’ai acheté deux pelotes de 150g nommée Arbizon fin dans un coloris rouge éclatant. J’ai déjà commencé à la tricoter, j’ai l’impression de tricoter un nuage…

Le Lot et la Laine 2013

Ce weekend avait lieu la deuxième édition du festival le Lot et la Laine à Sauliac sur Célé. Il y a deux ans, j’étais déjà allée à leur première édition. Cette année j’y suis retournée avec deux de mes copines, pour profiter ensemble de cet événement.

Le site du château de Cuzal où se déroule le festival est à deux heures de Toulouse. Départ au matin et équipées pour les lourdes chaleurs du lot: tenues légères, lunettes et crème solaire. En sortant le l’autoroute A20 à hauteur de Cahors, la route jusqu’à Sauliac est magnifique et rien que pour profiter des vallées du Lot et du Célé, je vous conseille le détour!

Sur le site du festival une soixantaine d’exposants. Élevage, production, filage, feutrage, teinture, création… toutes les étapes du mouton à mes aiguilles sont représentées ici. C’est dans une bonne ambiance et sur un site agréable que nous avons passé près de 5h à voguer de stand en stand, entre shopping, atelier et petites pauses sous les arbres.

La superbe fromagerie de Citronelle-Eglantine

La laine peignée de Maco Marinos: du nuage en sac!

Parmi mes chouchous de la journée: les couleurs éclatantes des teintures naturelles des laines de Renaissance Dyeing ; les alpagas du Quercy trop craquants et le super look des Suris de France ; les créations hyper-réalistes de Citronelle-Eglantine ; les magnifiques ouvrages d’expo du stand de Chat Pelote et Cie ainsi que leur accueil chaleureux!

Voilà enfin le butin de la journée!

Pour Sophie, deux superbes écheveaux de chez Renaissance Dyeing. Un sachet de laine d’alpagas de Sologne pour Émilie qui a aussi eut la chance de gagner une belle boite à laine en bois au jeu concours des Instants de Louise!

Quand à moi, j’ai aussi craqué pour trois pelotes de laine d’alpagas de Sologne, le kit Spectra Trenz de chez Knit Pro avec ses aiguilles en acrylique translucide super colorées (hiiii!) que j’ai achetées chez Chat Pelote et Cie et de quoi faire mes débuts de teinturière grâce au kit Greener Shades de Maco Merinos et deux de leurs écheveaux naturels.

Nous avons également toutes les trois participé à l’atelier teinture de Maco Merinos, mais je vous raconterai tout ça en images dans le prochain article :)