Category: Autour de la laine

Mouton, patou des pyrénées, teinture et temps libre.

Je ne vous cache pas que ma participation au festival Jazz en Cordée, m’a demandé beaucoup de travail ces derniers mois. C’était productif, intéressant, riche et intense mais après ça, j’avais bien envie de décompresser un peu. En route donc pour l’accueillant foyer parental et la douceur de vivre du Limousin…

Il y a déjà deux ans, nous avions offert à ma mère un stage de filage. Après trois semaines d’initiation et de pratique, elle est tombée sous le charme du filage et du travail au rouet. Par ce stage, elle a également rencontrée Bente, sa professeure, qui file et tricote toute sorte de fibres naturelles dans son atelier de Blond en Haute-Vienne. Bente est toujours en quête de nouvelle fibre à filer, mouton, alpaga, chèvre et pourquoi pas du chien lorsque le poil s’y prête. Quand mes parents lui ont parlé de notre patou, elle fut tout de suite partante pour tester!

Je vous présente donc le Patou, chien de montagne des Pyrénées au pelage immaculé. Chien de berger, il est utilisé depuis des siècles pour la protection des troupeaux face aux attaques de prédateurs. Élevé dès son plus jeune âge au cœur du troupeau, il se considère ensuite comme l’un des leurs et pourrait presque passer inaperçu couché au milieu de ses sœurs brebis. Son pelage est très dense. Sous les longs poils en surface se cache une toison épaisse et serrée, proche de la laine. Un brossage de printemps a suffit pour fournir de quoi filer une douzaine d’écheveaux d’une trentaine de grammes. La fibre obtenue est très douce et pelucheuse.

Au premier plan la laine de patou filée par Bente. En arrière plan la laine de mouton filée par ma mère lors de son stage.

Nous avons gardé cette laine depuis deux ans, sans trop oser y toucher. La semaine dernière, nous avons enfin relevé nos manches pour teindre tout ça. Comme la quantité de laine n’est pas énorme et proportionnée en petits écheveaux, ma mère à décidé de tricoter un joli coussin rayé. Pour le fun et tant qu’on y est, on a décidé de teindre également un de ses écheveau de mouton. Il nous fallait donc 4 teintures, autant de bains de lavage, rinçage et quelques heures de séchage…

En fin de séjour, voilà le bilan de nos teintures: un jaune pâle, un marron ocre, un orange vif, un vert amande (laine de mouton) et un écheveau naturel dont le blanc est ressorti immaculé après deux bons lavages.

Laine de patou après teinture.

Laine de mouton après teinture.

Laine de patou après mise en pelote.

Je pratique la teinture depuis la fin de l’année dernière. Pour l’instant j’utilise les produits éco-responsables de chez Greener Shades que j’ai acheté chez Maco Merinos. J’ai découvert cette gamme grâce à l’atelier initiation de Maco Mérinos au dernier festival du Lot et la Laine dont je vous ai comté l’aventure ici: Mon premier atelier teinture: du fun et un dégat.

Avec les couleurs produites pour tricoter ma collection Melodic Stitch et celles que nous venons de faire, j’en suis à une douzaine de teintures réalisées. C’est encore un début mais j’adore m’essayer à cette toute nouvelle pratique que je trouve passionnante.

Pour le tricot de ces jolies fibres naturelles et fraichement colorées, je passe la main à ma mère… Bon tricot maman!

Pour en savoir plus sur le filage en Haute-Vienne, vous trouverez les coordonnées de Bente sur le site du réseau laine-limousin (cf en pied de page) :)

Teinture à la maison et projet musico-tricot.

J’en ai déjà parlé sur Facebook et Twitter mais pas encore officiellement ici. Donc, je participe au festival Jazz en Cordée à Bagnères de Luchon du 6 au 9 Mars :)

Je ne peux pas tout vous dévoiler pour l’instant mais sachez qu’il y aura du YarnBombing! Et de la sculpture de laine! Pour en savoir plus sur l’événement et ma participation c’est par ici: Jazz en Cordée

Pour connaitre la super programmation qui n’est, elle, plus un secret c’est par là: Jazz en Cordée – Programmation. Amis de la région des Pyrénées Centrales et copains Toulousains, notez ça dans votre agenda!

En attendant, pour tout ça, je travaille beaucoup. La maison s’est transformée en atelier envahi de fils, de pelotes et de couleurs. J’ai aujourd’hui mis en pelote ma première laine teinte à la main. Un beau jaune, légèrement orangé et très lumineux, une réussite!

Il s’avère que ma deuxième tentative de teinture, qui sèche encore pour l’instant, est un peu moins satisfaisante à mon goût mais il me faut bien apprendre à apprivoiser cette nouvelle technique que je trouve hyper intéressante mais que je soupçonne addictive…

Mon premier atelier teinture: du fun et un dégat.

Dimanche après-midi, à l’occasion du festival le Lot et la Laine, mes copines et moi avons donc participé à un atelier de teinture sur le stand de Maco Merinos. J’avais déjà repéré cet atelier sur le programme et je n’ai pas été déçue d’y participer. C’était un bon moment d’initiation avec de bons produits et l’opportunité de rentrer chez soi avec un écheveau teint par nos soins.

Pour commencer, il a fallu prendre des décisions primordiales. Tout d’abord le choix d’un de leurs écheveaux de laine 100% Mérinos des Alpes du Sud. Nous avons toute les trois opté pour un fil de laine nommé Caline, qui se tricote en aiguilles n°4. S’en est suivi le choix de la couleur… de longues minutes de réflexion et de débats pour choisir la couleur idéale dans le nuancier proposé. Une torture pour moi qui suis une éternelle indécise, pire encore que de choisir un plat dans la carte au resto!

Le choix de Sophie, un joli vert clair.

Deuxième étape, un petit exercice de calcul guidé par notre feuille de route pour déterminer la recette qui mènera à la couleur choisie. Pour mon rouge par exemple c’est une dominance de rouge ruby et un soupçon de orange. Ne pas oublier la dilution à l’acide citrique, indispensable à la procédure. Les teintures que nous avons utilisées sont de la marque Greener Shades, éco-responsables, ce sont des teintures chimiques mais qui ne contiennent pas de métaux lourds.

Je dois vous avouer que c’est à ce moment que j’ai dérapé… en prenant de la couleur rouge, la seringue m’a cassé entre les doigts. J’ai inondé la table de colorant, mélangé du rouge dans un bocal de jaune et par la même occasion tâché ma robe et mes pieds… Un grand moment de honte pendant qu’on nettoyait les dégâts. Je remercie la patience de notre animatrice d’atelier qui ne pas assommée sur place malgré sa fatigue accumulée en ce weekend de festival.

Une fois ma bourde réparée, nous avons pu commencer à teindre notre écheveau. En tamponnant la couleur sur les fibres puis en faisant pénétrer le produit avec les doigts en essayant d’obtenir une teinture uniforme.

Pour Émilie, un beau vert soutenu et flashy.

Dernière étape de l’atelier, la cuisson pour fixer la couleur. Enroulés dans un film plastique, nos écheveaux sont passés deux fois quelques minutes au micro-ondes pendant que j’essayais de sauver ma robe à grand coup d’eau clair et de savon pour les mains. A notre retour au stand, nos écheveaux sortis du four avaient des allures de boudins multicolores et bouillants.

Mon écheveau rouge, façon saucisse de Toulouse.

Nous sommes parties du festival avec nos écheveaux en l’état et pour consigne de les laisser totalement refroidir avant déballage. Le lendemain, après un rinçage à l’eau clair, il a fallut les pendre à l’air libre jusqu’à ce qu’ils soient totalement secs.

Me voilà maintenant avec un grosse pelote de 100gr de belle laine rouge à tricoter en n°4. Je suis ravie de cette première expérience, il ne me reste plus qu’à trouver le petite projet parfait pour utiliser cette merveille.

Merci Maco Merinos pour ce super petit atelier :) Et juste pour info, ma robe est ressortie presque intacte du lave-linge, il reste à peine une légère ombre rouge, un petit souvenir du festival.

Sélection DIY: La montagne

Je rentre tout juste d’un beau weekend à la montagne. Je suis une adepte des randonnées et je souhaitais (re)vivre l’expérience d’une nuit à la montagne entre deux journées de marche. Alors pendant 24h, ma maison, c’était là:

Une petite cabane perdue dans la montagne, accessible par 2h de marche, coupée du monde… Au programme: de belles balades, des animaux d’ici (biches, cerfs, isards, aigles, vautours…), du feu dans la cheminée, des patates et du vin rouge, le levé du jour, des crêtes, des sous-bois, la chaine des Pyrénées, des ampoules au pieds… un fabuleux weekend!

De retour à la maison j’avais envie de prolonger un peu la belle ambiance de mon weekend avec une petite sélection de patron inspirée de mon séjour. Bonne découverte!

1. Ansibee, surdouée du crochet, que j’avais découverte à l’époque où je participais aux Serial Crocheteuses, offre sur son site le patron de son Trophée Cerf.

2. Un joli pull à tête de renard à tricoter grâce au dernier catalogue Phildar.

3. Ces petits animaux des bois tout mignons, sont réalisés au tricot par Barbara Prime. Le patron de la famille complète s’achète sur Ravelry (en anglais).

4. Voilà une joli déclinaison du motif hibou torsadé dont je ne me lasse toujours pas. Il a été publié l’an dernier sur le blog de So.

5. +18!! J’ai découvert cette grille de jacquard sur le blog de Gaëlle/Gatchan il y a trèèès longtemps. J’espère qu’elle ne m’en voudra pas de ressortir les vieux dossiers mais cette version décalée du jacquard traditionnel est parfaite! La grille est à télécharger gratuitement sur Ravelry.

6. Après la marche, rien de mieux qu’une douce paire de chaussettes pour soigner mes pieds douloureux. J’adore les couleurs de ce modèle de chez Drop Design.

7. Un des projets sur ma to-do-list de tricot ♥. C’est une écharpe inspirée par des ailes d’aigles, un modèle de Stephen West, à acheter sur Ravelry (en anglais).

8. Le patron de ce joli bonnet renard est en vente sur Ravelry (en anglais). C’est un modèle de Katy Tricot, décliné en taille adulte également.

HALTE-LAAA

J’aimerais aussi vous faire découvrir l’initiative d’une association pour la valorisation de la laine pyrénéenne, Halte-Laaa, que j’ai rencontrée récemment.

Aujourd’hui, je vous parlerai surtout d’un de leur projet: « Marchez avec nous » grâce auquel ils proposent des chaussettes à l’attention des randonneurs, marcheurs ou juste amoureux de la belle laine. 100% laine pyrénéenne, fabriquées entièrement dans les Pyrénées, ces chaussettes sont en prévente via leur site. Ils leur faut atteindre 250 ventes pour lancer la production! Alors allons-y! :)

Plus d’info sur le site: Halte-Laaa

Savon de laine

Jusqu’à Samedi après-midi, je ne connaissais absolument rien à la laine cardée et au feutrage. J’avais déjà vu des réalisations en laine feutrée mais je ne m’y étais jamais vraiment penchée. Jusqu’à ce que Jennifer, une copine tricoteuse, nous propose un atelier pour apprendre à fabriquer un savon recouvert de laine feutrée. J’ai trouvé cette idée de savon déguisé plutôt pratique et bien utile.

Face à mon matériel, j’étais vraiment intriguée: comment ma laine si douce et si vaporeuse va pouvoir recouvrir ce savon tout lisse?

En vérité, il ne s’agit pas de feutrage qui se pratique à l’aiguille sur un tapisse de mousse. Pour notre affaire, il faut apprivoiser la technique du foulage de la laine qui se fait avec de l’eau chaude et du savon.  Étapes par étapes, nous avons recouvert notre savon puis foulé la laine.

Le résultat après de longue minutes de manipulation, un savon bien emballé dans son joli et robuste manteau de laine. Frustration, alors que je rêvais de courir l’essayer sous la douche, il faut attendre 24h de séchage complet avant une première utilisation.

Sous la douche le résultat est plutôt agréable et efficace. Le feutre à un petit côté gommant et la mousse du savon passe bien à travers les fibres.

J’ai hâte qu’il s’use un peu pour voir son évolution car l’enveloppe de laine va rétrécir en même temps que le savon au fur et à mesure de son utilisation!

Encore merci aux organisatrices de cet atelier très intéressant, c’était une agréable après-midi :)